Archives mensuelles : octobre 2012

Un trampoline au-dessus de la Seine

Un pont éphémère gonflable et flottant pour animer les berges, une idée gonflée du jeune cabinet d’architecture parisien AZC.

En architecture, les concours d’idées lancés chaque année par ArchTriumph sont toujours très originaux. L’édition 2012 n’échappe pas à la règle. Dans le cadre de la section ponts contemporains à Paris, trois projets viennent d’être primés.

Le plus drôle est celui du jeune cabinet parisien AZC. Ses fondateurs, Grégoire Zündel et Irina Cristea, deux quadragénaires, ont imaginé un pont-trampoline. Divisé en trois parties, il est composé de trois bouées géantes de 30 mètres de diamètre et 94 mètres de long, réalisées en membrane PVC. Rassemblées à l’aide de corde pour former un ensemble stable et autoportant, elles flottent sur l’eau après avoir été chacune gonflées avec 3700 m3 d’air. Pour changer de rive, il suffit de s’élancer et de rebondir jusqu’à l’autre berge.

Selon AZC, aucune chance de basculer dans la Seine. «Les “boudins” collatéraux du pont bougent en symbiose avec les personnes sur le trampoline», explique leur porte-parole.

Reste à savoir si les Parisiens et les touristes auront un jour la chance de vivre cette expérience. AZC aimerait beaucoup le proposer pour la prochaine édition de Paris-Plages ou dans le cadre des nouveaux projets pour animer les bords de la Seine entre le Musée d’Orsay et la tour Eiffel.

Mais si l’idée ne plaît pas à Bertrand Delanoë, ce n’est pas grave. Cela aurait été une occasion de se faire connaître et surtout, pour AZC, d’être retenu pour un concours plus sérieux, où il s’agit de construire un nouveau musée à Londres.

(Source : www.lefigaro.fr)

Changement de fenêtres : quel impact sur les économies d’énergie?

L’UFME*, le syndicat professionnel des fenêtres et portes extérieures multi-matériaux, présente une étude réalisée par le cabinet de conseil TBC Générateur d’Innovation qui pointe l’importance du remplacement des fenêtres, comme facteur majeur d’économies d’énergie dans les logements anciens.

Cette étude met en évidence que le simple changement de fenêtres permet d’optimiser de  manière conséquente les performances énergétiques du logement, économies de chauffage significatives à la clé révélant des performances de 18 à 95% d’économie d’énergie en logement collectif !

« Contrairement à certaines idées reçues, considérant que le seul changement de fenêtres n’aurait finalement que peu de conséquences sur l’isolation du bâti, cette étude révèle qu’il permet de réaliser des économies importantes en maison individuelle comme en logement collectif »,commente Philippe Macquart, Délégué Général de l’UFME.

Le remplacement des fenêtres d’une construction antérieure à 1975  (Uw = 5,7 W/(m².K)) permet d’obtenir une diminution de la consommation de chauffage de plus 50 kWh/m2/an.

L’étude révèle notamment que les économies relatives au besoin de chauffage dues au seul changement de fenêtres, sont considérables puisqu’elles peuvent atteindre, suivant le type de construction, son ancienneté et sa localisation :

  • de 18 à 95% d’économies en logement collectif
  • de 11 à 85% d’économies en maison individuelle

En cas de revente d’un bien immobilier, le logement est classé en fonction de la consommation globale d’énergie primaire. La simple rénovation des fenêtres du logement permet de remonter après travaux d’une classe énergétique, en passant du niveau « E » au niveau « D » ou du niveau « D » au niveau « C » suivant le degré initial d’isolation du logement. Ceci représente un atout non négligeable sur le marché immobilier actuel.

De plus, le changement de fenêtres est une action indispensable pour prétendre aux très hauts niveaux de performance énergétique tels que le label THPE ou BBC Rénovation. Dans le cadre d’un bouquet de travaux intégrant un retraitement des parois opaques, le changement de fenêtres est primordial pour disposer d’une enveloppe répondant aux impératifs de faible perméabilité à l’air et d’isolation thermique élevée des labels BBC Rénovation et THPE.

« Au regard des économies calculées sur les bâtiments test, nous estimons que les certificats d’économie d’énergie affectés au changement de fenêtres sont aujourd’hui largement sous estimés : il semble nécessaire à l’avenir de différencier ces fiches de calcul, selon le type et l’année de construction du bâtiment », conclut Philippe Macquart.

Etude réalisée par TBC Générateur d’Innovation sur la base de plus de 500 simulations sur maquette numérique 3D à partir du logiciel ARCHIWIZARD selon la méthode ThBCE de la RT2012 sur 6 cas de bâtiments, 3 zones climatiques, 2 cas de bâtiments anciens et 6 cas de fenêtres représentatives du marché en caractéristiques techniques.

*UFME : issue de la fusion de deux syndicats reconnus, l’UF PVC Composites (Syndicat National de la Menuiserie PVC Composites) et le SNFMI (Syndicat National des Fabricants de Menuiseries Industrielles), l’UFME (Union des Fabricants de Menuiseries Extérieures) a pour vocation d’accompagner et de soutenir les concepteurs, fabricants et installateurs de menuiseries extérieures (Bois, Aluminium et PVC). L’UFME compte aujourd’hui 151 adhérents repartis sur l’ensemble du territoire national.

(Source : www.mon-immeuble.com)

Billet d’Immo : Pourquoi ?

Pourquoi un acquéreur, lorsqu’il est en contact avec un agent immobilier, pense-t-il pouvoir se permettre tout et n’importe quoi ?

Dans mon agence, on ne réalise pas de visite sans expliquer clairement tous les détails de l’appartement ou de la maison : « Vous voulez visiter ? Ok, maintenant il faut savoir que c’est un premier étage sur rue, que l’appartement demande 30 000 € de travaux, les parties communes ne sont pas tops, nous sommes en exposition principale est et mono-exposé… Mais l’appartement se trouve dans l’un des secteurs les plus recherchés de notre ville et il possède un charme absolu. Vous voulez visiter ? Ok, prenons RDV ! »

Après ce genre d’entretien téléphonique, nous adressons un texto précisant le jour, le lieu et l’heure du rendez-vous ainsi que nos coordonnées.

Malgré toutes ces précautions, il arrive fréquemment que l’on ait des annulations une heure avant la visite. Et encore, ce n’est pas le pire. Le pire est le mépris de la personne qui, malgré tout le process vu un peu plus haut, ne se déplace pas, ne vous prévient pas, et ne réponds plus à vos appels et mails. Un comportement scandaleux qui constitue cependant le quotidien d’un agent immobilier et qui revient à considérer que l’on peut disposer à loisir de notre temps.

Ces mêmes clients ne se comportent pas de la même façon avec leur banquier, leur notaire ou leur coiffeur. Donc pour quelles raisons ils pensent pouvoir se comporter de la sorte avec nous.
Ami Agent Immobilier, Mandataire, Négociateur, Directeur d’agence ou Conseiller immo : ne vous laissez pas faire !

Soyez forts. Soyez ferme… et sachez relativiser tout de même.

J’attends vos remarques, expériences et anecdotes sur ce sujet !

S. Escobossa
stephane@drhouse-immo.com

Dr House Immo

Les Sages pourraient censurer la loi sur le logement social

La ministre du Logement, Cécile Duflot, pourrait être désavouée par le Conseil constitutionnel pour non-respect de la procédure parlementaire.

La loi sur le logement social, qui prévoit de relever de 20 % à 25 % la part de logements sociaux dans les communes de 3500 habitants (1500 en Ile-de-France) et que le Conseil constitutionnel examine actuellement, est sur la sellette. Selon lexpress.fr, le gouvernement s’attend à être désavoué par les Sages pour non-respect de la procédure parlementaire. Le Conseil constitutionnel devrait rendre sa décision cette semaine.Le projet de loi sur le logement social, défendu par la ministre du Logement, Cécile Duflot, avait été examiné en séance publique au Sénat sans se fonder sur la version du texte adoptée le matin même en commission. Or, depuis la révision constitutionnelle intervenue en juillet 2008, c’est la version du projet de loi issue des travaux de la commission qui doit être débattue dans l’hémicycle.

Si le texte était censuré pour cette raison technique, il en résulterait une impression d’amateurisme qui ne manquerait pas de susciter les railleries. Pour surmonter au plus vite ce désaveu, le gouvernement aurait alors le choix entre deux solutions. Soit déposer un nouveau projet de loi ; soit faire reprendre le contenu du texte censuré par un parlementaire de la majorité sous forme de proposition de loi. La première solution permettrait à Cécile Duflot de conserver «sa» loi, mais la deuxième présenterait l’avantage de la rapidité.
(Source : www.lefigaro.fr)

215 000 euros pour un « studio » de 7 m² !

Jusqu’où ira la flambée des prix ? Un minuscule appartement londonien, de moins de 7 mètres carrés, est à vendre pour 280 000 dollars. Soit plus de 30 000 euros le m².

Des toilettes, une kitchenette à gauche dans l’entrée, et à peine une place pour s’allonger. Voilà les uniques prestations du studio 8-F, d’une surface de moins de 7 mètres carrés, qui devrait figurer parmi les plus petits appartements en vente au Royaume-Uni. Mais la transaction pourrait aussi faire exploser les ratios prix au m², le bien étant valorisé pas moins de 280 000 dollars (soit environ 215 000 euros) selon CNN. S’il se vendait au prix estimé, il dépasserait ainsi les 30 000 euros le mètre carré. Soit la moitié du prix au m² record atteint à Paris en mars dernier, lors de la mise en vente d’un luxueux triplex de 780 m² dans lequel Alain Delon avait résidé, au début des années 60. Offrant une superbe vue sur la Tour Eiffel, l’appartement avait été mis à prix à 60 000 euros le mètre carré.

Un appartement « unique »

« Inhabituel », « Unique », « A saisir »… Les qualificatifs ne manquent pas, comme le souligne à CNN Matthew Fine, patron d’une agence de chasseurs d’appartements, pour promouvoir ce « petit bijou » londonien, qui se trouve il est vrai, au sein d’un immeuble prestigieux. Et le professionnel de vanter « son haut plafond, sa luminosité, ou encore sespossibilités de rénovation ». Le bien, qui a appartenu à une société, est loin d’être considéré comme invendable : la chaîne rapporte que pas moins de 100 visites ont eu lieu, et qu’une douzaine de potentiels acquéreurs se sont manifestés.

En face de Harrod’s

La raison d’un tel tarif tient dans la localisation du studio : celui-ci est en effet situé en face du célèbre grand magasin Harrod’s, dans le quartier huppé de Knightsbridge. Mais le futur propriétaire des lieux pourrait bien ne pas apprécier le fait de pouvoir faire ses emplettes quotidiennes dans cet endroit de renom, puisqu’il pourrait ne pas résider lui-même dans l’immeuble. L’agence serait entrée en négociations, tout récemment, avec un investisseur…

A Paris, on peut trouver des annonces de très petites surfaces, à l’instar de cet appartement de 3 m² mis en vente sur le site de petites annonces PAP, fin 2011. Conscient de l’impossibilité de louer en France un logement de moins de 9 mètre carrés, le propriétaire avait expressément qualifié le bien d’ « usage d’annexe à l’habitat », restant toutefois « idéal pour domiciliation ou archivage ».

(Source : www.lavieimmo.com)

Mieux transmettre son patrimoine grâce à une SCI

Dans la panoplie des outils de transmission patrimoniale, la société civile immobilière (SCI) occupe une place de choix. Sachez l’utiliser. Avec Le Particulier

Avec la diminution de l’abattement sur les donations aux enfants de 159.325 euros à 100.000 euros et l’allongement de 10 à 15 ans de la durée de reconstitution de l’abattement, la société civile immobilière revêt encore plus d’attraits qu’auparavant pour transmettre des biens immobiliers», constate Gilles Etienne, associé chez Cyrus Conseil. Cette structure est, il est vrai, dotée de nombreux avantages. Elle facilite la détention et la gestion d’un bien à plusieurs et, surtout, elle permet d’organiser la transmission d’un patrimoine immobilier en douceur, et à moindres frais.La SCI est une société civile constituée par plusieurs associés, des parents et leurs enfants par exemple, détenant un ou plusieurs biens immobiliers. Le capital est divisé en parts sociales. L’immeuble est soit apporté par l’un des associés, soit acquis par la SCI, le cas échéant en s’endettant. La première solution est souvent plus coûteuse. Il faut obligatoirement passer devant un notaire pour régler les formalités liées à l’apport. Et il faut régler l’impôt sur les plus-values, l’apport à la SCI étant considéré comme une cession au sens fiscal. Sauf si le bien a plus de 30 ans, délai à partir duquel les plus-values sont exonérées. En pratique, loger dans une SCI une propriété de famille détenue de longue date entraîne rarement la taxation des plus-values.

Les parents peuvent continuer à gérer le bien

Au fil du temps, les parents peuvent alors transmettre des parts de la société à leurs enfants, une opération plus aisée que la transmission d’un immeuble en propre. «Dans un souci de transmission patrimoniale, les parents peuvent procéder au démembrement de leurs parts en conservant l’usufruit (la jouissance du bien et les revenus) et donner la nue-propriété à leurs enfants, par exemple dans le cadre d’une donation-partage», explique Me Sylvain Guillaud-Bataille, notaire à Paris. Ainsi, au décès de l’usufruitier, le nu-propriétaire récupère la pleine propriété des parts sans payer d’impôt.

Cette transmission en douceur présente un autre avantage. A la condition que les statuts de la société le permettent, les parents usufruitiers peuvent gérer seuls le bien et continuer à en percevoir les revenus s’il s’agit d’un bien locatif. A l’inverse, les parents peuvent, s’ils le souhaitent, associer leurs enfants à la gestion de la SCI. Ces transmissions progressives permettent de bénéficier des abattements accordés tous les 15 ans sur les droits à payer. Mais surtout, les parts ainsi données font l’objet d’une décote d’environ 15 %, censée compenser les difficultés liées à leur cession et à l’inexistence d’un marché de la revente. Enfin, il est tenu compte, pour la détermination de la valeur des parts transmises, des dettes grevant le bien (par exemple l’emprunt souscrit par la SCI pour l’acquisition du bien), à la différence d’une transmission en direct. Dès lors, les droits de donation sont calculés sur une valeur minorée.

Un expert pour les statuts

«En règle générale, cette structure s’avère efficace à partir d’un patrimoine important: au moins 300.000 euros en province, voire 500.000 euros à Paris. Pas question d’y loger un simple studio. Ne serait-ce que parce qu’elle entraîne un certain formalisme», met en garde Michel Brillat, directeur ingénierie patrimoniale à l’UFF. Il faut en effet établir chaque année des comptes et tenir une assemblée générale. Sinon le fisc risque d’invoquer la fictivité de la SCI. Pour la rédaction des statuts et la constitution de la SCI, mieux vaut donc s’entourer des conseils d’un notaire, un interlocuteur souvent incontournable pour bien organiser sa transmission.

(Source : www.lefigaro.fr)