Archives mensuelles : juin 2013

USA : forte reprise de l’immobilier !

Aux USA plus de 5 millions de dollars de logement ont été vendus au mois de mai. Il s’agit du record de vente de logements US depuis plus de 3 ans selon le dernier rapport de National Association of Realtors (NAR).

La dernière fois que les ventes ont dépassé les 5 millions de dollars, c’était en Novembre 2009 quand un crédit d’impôt spécifique favorisait la vente de logement outre atlantique.

La reprise de l’immobilier US a encore un bout de chemin à parcourir car toujours selon la Nar, le rythme de ventes typique d’un marché sain est de 5,5 millions de dollars.

Cependant, le rythme des ventes a augmenté de près de 13% au cours des 12 derniers mois.

– Le prix moyen d’un logement US a augmenté à 208.000 dollars en mai (158 500 euros) : prix le plus élevé sur 1 an

– Le prix moyen d’un logement US a augmenté de 15,4% en 1 an : hausse la plus élevée depuis Octobre 2005

– La Réserve fédérale américaine a souligné que la reprise de l’immobilier USconstitue un signe fort du retournement économique américain

Accédez au rapport de la NAR et vidéo

(Source : www.immobilier-finance-gestion.com)

www.drhouse-immo.com

La maison en forme d’œuf : pour soutenir l’environnement

L’artiste Stephen Turner a pondu un plan pour vivre 365 jours à l’intérieur d’une structure en forme d’œuf. 

Son objectif : attirer l’attention sur les changements climatiques.

Amarré sur les rives de la rivière Beaulieu dans le sud de l’Angleterre, la structure en bois a été construite pour être autonome – assez grand pour un lit, un bureau et une cuisinière. Turner va utiliser son temps à étudier non seulement l’environnement, mais aussi créer des illustrations représentant ses expériences à l’intérieur de l’œuf.

Espérons que les tempêtes qui secouent l’Europe n’en fassent pas ….une omelette 

Accédez aux détails de l’oeuf et au site de Stephen Turner

 

http://blog.buzzbuzzhome.com/wp-content/uploads/2013/06/exbury-egg-england-1.jpg

 

http://blog.buzzbuzzhome.com/wp-content/uploads/2013/06/exbury-egg-england-2.jpg

 

http://blog.buzzbuzzhome.com/wp-content/uploads/2013/06/exbury-egg-england-4.jpg

 

http://blog.buzzbuzzhome.com/wp-content/uploads/2013/06/exbury-egg-england-3.jpg

 

http://static.wixstatic.com/media/23bd29_e787faf0fa117de569c731a8388331d0.jpg_srz_470_410_75_22_0.50_1.20_0.00_jpg_srz

 

http://ad009cdnb.archdaily.net/wp-content/uploads/2013/06/51bb23e2b3fc4b01ee000004_exbury-egg-pad-studio-spud-group-stephen-turner_in_situ_-6-_1457021-528x352.jpg

 

 

http://ad009cdnb.archdaily.net/wp-content/uploads/2013/06/51bb298cb3fc4b75b0000007_exbury-egg-pad-studio-spud-group-stephen-turner_in_situ_-4-_1457023-528x352.jpg

 

http://www.sinbadesign.com/wp-content/uploads/2013/06/exbury-egg-by-SPUD-group-PAD-studio-stephen-turner-12.jpg

(Source : www.immobilier-finance-gestion.com)

www.drhouse-immo.com

Les armes du propriétaire face au risque de l’impayé

Alors que le projet de loi Duflot prévoit une garantie obligatoire contre les loyers impayés, les propriétaires s’inquiètent d’un cadre juridique qu’ils jugent systématiquement favorable aux locataires indélicats.

Le risque d’impayé est la hantise des bailleurs. Mardi, une propriétaire exaspérée de la Drôme, victime d’un locataire indélicat, portait plainte contre la ministre du Logement, Cécile Duflot. Deux mois plus tôt, c’était un propriétaire du Vaucluse qui saisissait la justice contre la ministre pour les mêmes motifs. «La loi protège de manière excessive le locataire indélicat au détriment du propriétaire, au point que les droits de ce dernier sont piétinés par les tribunaux», expliquait Jacques Flon dans un courrier adressé au procureur de la République d’Avignon.

Ces plaintes, dont la chance d’aboutir est quasi nulle, selon les juristes, illustrent la perception tenace que la loi protège excessivement le locataire au détriment du propriétaire bailleur en cas de litige. «L’impayé cristallise toutes les tensions. C’est le seul cas où le propriétaire est effectivement en situation d’infériorité sur le locataire», remarque David Rodrigues, juriste de l’Association nationale de défense des consommateurs et usagers (CLCV). «Le logement n’est pas considéré comme un bien de consommation banal. Surtout dans la crise actuelle, le bailleur a un rôle social. On tentera toujours d’éviter le drame de l’expulsion.»

90% des affaires portées en justice concernent des impayés

Principale crainte des bailleurs, les impayés ne représentent pourtant que 2% à 2,5% de la totalité des loyers perçus et sont dus dans 70% des cas à des accidents de la vie (chômage, divorce, maladie, etc.). Les locataires de mauvaise foi sont donc une minorité, selon ces chiffres du ministère du Logement. Mais les impayés, puis la résiliation de bail et l’expulsion qui en résultent concernent l’écrasante majorité des contentieux initiés par les propriétaires: 90% des affaires en 2010, selon les données du ministère de la Justice. Or, la justice donne raison au propriétaire dans 97% des cas.

Toujours est-il que l’expulsion d’un locataire est un véritable parcours du combattant. Si le locataire ne respecte pas ses engagements, la loi prévoit que le propriétaire peut mettre fin au bail. Mais il a plusieurs démarches obligatoires au préalable. S’il y a souscrit, le bailleur doit demander à bénéficier de son assurance sur les risques locatifs. Souscription qui sera bientôt obligatoire (dès 2016) pour tous les bailleurs avec le projet de loi Duflot. Il doit également s’adresser à la personne qui s’est portée caution. La résiliation du bail n’intervient qu’en dernier recours. Le propriétaire peut résilier le contrat soit en faisant jouer la clause qui le prévoit, s’il y en a une, soit devant la justice. Dans ces deux cadres, la procédure protège le locataire, que ce soit en termes de délais accordés pour régulariser sa situation, exécuter la décision de justice ou obtenir un aménagement de sa dette.

Une fois le bail résilié, le locataire devient un occupant sans droit ni titre. Mais son expulsion est loin d’être acquise. La personne a deux mois pour quitter les lieux à compter de la visite de l’huissier qui lui signifie la décision de justice. Là encore, la loi est de son côté. Le locataire pourra demander un délai supplémentaire en justice, qui peut aller jusqu’à un an. En pratique, l’expulsion prendra toujours plusieurs mois. D’autant plus si elle intervient pendant la trêve hivernale.

(Source : www.lefigaro.fr)

www.drhouse-immo.com

La plus haute tour du monde… sans ascenseur !

La Princess Tower, qui trône majestueusement à Dubaï, à plus de 400 mètres de hauteur, n’a plus d’ascenseur depuis plus d’une semaine. Les (riches) résidents sont sommés de prendre les escaliers. Pour certains, il y a tout de même 97 étages à grimper !   Les résidents de Princess Tower doivent prendre les escaliers pour rejoindre leur domicile. La raison ? Un important dégât des eaux lié au système anti-incendie qui a mis hors service les huit ascenseurs du gigantesque édifice, rapporte le Daily Mail.

A l’instar de la tour Burj Khalifa, la somptueuse Princess Tower offre une vue magnifique sur le Palm Jumeirah, le célèbre archipel artificiel à la forme d’un palmier. Autant dire que les locataires et propriétaires ne sont guère habitués à ce type de désagréments, plus habituellement réservés aux habitants des copropriétés dégradées de Seine-Saint-Denis.

Chacun des 763 modestes appartements coûte tout de même la bagatelle appréciable de 2,3 millions d’euros. Une solution temporaire a été trouvée avec un ascenseur de service qui permet aux veinards qui habitent jusqu’au cinquantième étage de s’éviter les escaliers. Pour les 47 autres restants, il faut puiser dans ses réserves physiques.

Un vrai drame est en train de se produire.  » Je suis rentré chez moi après une rude journée de travail pour m’entendre dire qu’il fallait que je monte à pied, j’ai donc pris une chambre d’hôtel « , explique au Daily Mail un expatrié britannique logeant au 78ème étage qui ajoute ne pas pouvoir se le permettre  » tous les soirs « . David Beckam et Brad Pitt font partie des malheureux résidents.

(Source : magimmo.seloger.com)

www.drhouse-immo.com

Les professionnels menacent le projet de loi sur le logement

S’ils ont un temps entretenu de bons rapports, c’est désormais une guerre que semblent se livrer Cécile Duflot et les professionnels de l’immobilier. Passablement agacés par les récentes prises de position de la ministre du Logement, ces derniers attendent avec anxiété le projet de loi qui sera présenté mercredi et préparent d’ores et déjà leur riposte.

Un simple entretien accordé par Cécile Duflot au Parisien le 12 juin dernier a suffit à mettre le feu aux poudres. Les professionnels de l’immobilier, Fnaim en tête, n’ont en effet guère goûté les propos de la ministre. Alors qu’ils participaient activement à l’élaboration du projet de loi sur le logement et l’urbanisme qui doit être présenté ce mercredi 26 juin en Conseil des ministres, l’annonce d’un éventuel plafonnement des frais d’agence aura donc été perçu comme un coup de poignard dans le dos.

Disposition « anti-logement » selon Jean Perrin, président de l’Unpi, simple mesure destinée à « faire le buzz » pour Alain Dinin, PDG de Nexity, le plafonnement des frais d’agence cristallise aujourd’hui la rancoeur qu’entretiennent les professionnels de l’immobilier à l’égard de la ministre. Une rancoeur également alimentée par la volonté de Cécile Duflot de rendre obligatoire la participation de ces derniers à l’observatoire des loyers qu’elle a récemment mis sur pieds.

Visant à «  développer une connaissance fine du marché locatif », ces observatoires représentent la pierre angulaire du dispositif d’encadrement des loyers instauré par la ministre mais également une condition sine qua none à la validation de la future grande loi sur le logement et l’urbanisme. Une loi directement menacée par la fronde des professionnels, ceux-ci annonçant vendredi mettre un terme à toute collaboration et notamment à leur participation aux observatoires.

Regrettant que «  la ministre agisse comme s’il était nécessaire de nettoyer la profession, alors que les professionnels de l’immobilier réclament des réformes à corps et à cris depuis trois ans », le président de la Fnaim, Jean-François Buet, précise qu’il ne s’agit pour l’heure que d’une simple «  suspension de la coopération » qui sera levée dès que Cécile Duflot manifestera de meilleures intentions à leur égard.

Le coup n’en est pas moins dur pour la ministre puisque seule la Fnaim avait jusqu’à présent accepté de livrer les données nécessaires à ces observatoires et indispensables à un encadrement efficace des loyers.

(Source : www.diagnostic-expertise.com)

www.drhouse-immo.com

Paris, deuxième ville la plus chère d’Europe

Les Parisiens doivent-ils se réjouir d’un tel palmarès ? Selon une étude publiée jeudi par le cabinet Deloitte, Paris était en 2012 la deuxième ville la plus chère d’Europe en matière d’immobilier. Avec un prix moyen au mètre carré autour de 8.300 euros, la capitale française reste toutefois derrière Londres (10.000 euros par mètre carré).

Lorsqu’on s’éloigne des grandes métropoles, les prix baissent modérément. Ainsi, le logement coûte encore en moyenne 5.500 euros le mètre carré en banlieue parisienne, contre 6.000 euros dans le Grand Londres.

Paris devant Munich

Loin derrière Paris, Munich est la ville la plus chère d’Allemagne (5.000 euros le mètre carré). Suivent Moscou, Milan, Rome, Lyon et Marseille (4.000 euros).

Selon le cabinet Deloitte, le prix doit toutefois être rapporté au niveau de vie. On apprend ainsi que c’est en Russie que l’accès à la propriété est le plus problématique, puisqu’il faut dix années de salaire brut pour acquérir un logement neuf de 70 mètres carrés. Pour le même logement, il faudra 9,4 ans en France, classée en deuxième position.

(Source : www.metronews.fr)

www.drhouse-immo.com

Hollande veut créer un choc d’offres sur les cessions immobilières

Dimanche soir, dans le cadre de l’émission Capital de M6, François Hollande a annoncé des mesures portant sur les terrains vierges et sur le foncier bâti, notamment sur les résidences secondaires.

L’urgence est à la fluidification du marché de l’immobilier. François Hollande, élu, entre autres, sur la promesse de construction de 500 000 logements par an, n’ignore pas qu’il est grand temps d’appuyer sur l’accélérateur. La dernière mesure incitative pour créer « le choc d’offre », dixit le Président de la République, concerne les plus-values de cession sur les terrains à bâtir et le foncier bâti. Sur ce dernier point, François Hollande a annoncé que les cessions de biens immobiliers bénéficieraient d’une exonération d’impôts plus rapide. Seules les résidences secondaires sont concernées, les résidences principales n’étant pas fiscalisées lors de la cession. Il faut, aujourd’hui, attendre plus de 30 ans pour être exonéré d’impôts en cas de revente du bien. »

« On n’aura plus besoin d’attendre 30 ans pour être exonéré d’impôt ? » lors d’une cession immobilière, a expliqué François Hollande sur M6. « On va ramener ça à 22 ans, ce qui était le système précédent, et il y aura même un abattement exceptionnel pour l’année 2014 » et « si le gouvernement informe correctement le Parlement, on pourra même avoir une application dès le 1er septembre » 2013.

Ces mesures pourraient figurer dans le prochain projet de loi de finances de 2014, qui sera voté en automne. L’abattement en question tournerait autour de 20 %, comme avait tenté de le faire le gouvernement lors de la loi de finances de 2013. Mais cette disposition avait été censurée par le Conseil constitutionnel en fin d’année dernière, prise au piège dans un article jugé inconstitutionnel.

(Source : magimmo.seloger.com)

www.drhouse-immo.com