Les stars du foot continuent d’investir dans l’immobilier à Limoges

Les stars de la Ligue 1 poursuivent leurs investissements dans la cité porcelainière. Après Mandanda (OM), Maoulida (Bastia) et Pedretti (Lille), Jérémy Menez (PSG) fait son entrée sur le stade de l’immobilier limougeaud

Que les Limougeauds restent calmes?! Maoulida, Pedretti ou Menez ne vont pas s’installer à Limoges. Mais au lieu de placer leur argent en Suisse, en Belgique ou à Monaco, ces joueurs investissent dans la cité porcelainière. Dans le cadre de la loi Malraux, ils restaurent des immeubles anciens situés dans des zones protégées. Ces biens destinés à la location leur permettent de bénéficier de réduction fiscale.

Un an de travaux

Touafilou Maoulida, attaquant du SC Bastia, a fait l’acquisition de l’immeuble situé à l’angle de la places des Bancs et de la rue Haute-Vienne. Benoît Pedretti, milieu de terrain à Lille, a racheté celui de la place Saint-Michel. Steve Mandanda, gardien de l’OM possède un bien immobilier au début de l’avenue Georges-Dumas quant à Jérémy Menez, attaquant au PSG, il aurait acheté le bâtiment situé à l’angle de la rue de Clocher et de la rue Ferrerie. Les travaux devraient s’étaler sur un an. C’est la société parisienne Buildinvest qui est spécialisée dans ce type de transactions.

Contrairement aux années quatre-vingt, où ils plaçaient leurs économies dans les commerces, les sportifs s’assurent un avenir sans travailler. La plupart des conseillers les guident vers l’immobilier. La bourse n’est plus une valeur sûre.

Comme leur salaire est élevé, ils peuvent acheter sans se lancer dans des crédits longs et toucher dans des délais assez courts des loyers. Mais les marchands de biens ne leur veulent pas toujours du bien. Certains produits sont proposés très au-dessus du marché. À Limoges, on reste dans le raisonnable. Et puis ses placements ne font que des heureux.

Les Limougeauds voient revivre un patrimoine qui partait en lambeau. Et puis les travaux font vivre les entreprises locales. L’exécution des travaux est confiée au cabinet Truffier-Bernard, et les travaux sont réalisés sous le contrôle des bâtiments de France.

(Source : www.lepopulaire.fr)