Archives du mot-clé Île-de-france

L’Ile-de-France, la région à fuir

La région Ile-de-France n’a plus la cote auprès du « middle management », selon l’enquête « Attractivité des régions » de Page Personnel (filiale du cabinet de recrutement Michael Page) menée en octobre et novembre 2012 sur un échantillon de 625 employés, techniciens et agents de maîtrise (ETAM). 65 % d’entre eux souhaitent quitter l’Ile-de-France – c’est la plus forte proportion au niveau national – ce chiffre atteignant 70 % pour les personnes qui n’en sont pas originaires. Et la région parisienne n’attire plus que 16 % seulement des ETAM des autres régions.

ENVOL DES PRIX DU LOGEMENT

La cause de cette désaffection : seulement 15 % des Franciliens interrogés y trouvent un « bon cadre de vie » ; 14 % seulement une « bonne qualité de vie ». Mais c’est le « coût de la vie » qui est le principal point noir pour cette catégorie de salariés, dont les revenus moyens, frappés par la crise, ne suffisent plus, en particulier face à l’envol des prix du logement. Le principal facteur d’attractivité de la région reste certes « les opportunités professionnelles » et « le dynamisme économique » (cités par 39 % et 30 % des ETAM interrogés, respectivement)…mais, en période de crise, ces facteurs sont bien sûr beaucoup moins manifestes, ce qui explique la désaffection massive à l’égard de la région capitale, dont les « défauts » prennent le pas sur les « atouts ».

Les régions du nord et de l’est de la France sont, classiquement, celles qui attirent le moins, car perçues comme économiquement les moins dynamiques. A notercependant que les ETAM habitant dans l’Est citent « la qualité » et « le cadre de vie » comme d’importants facteurs d’attractivité. Tout aussi classiquement, ce sont donc les régions du Sud, et surtout le Sud-Ouest, qui cumulent les facteurs d’attractivité.

A noter également que, à l’inverse de l’image traditionnelle de salariés français réputés peu mobiles, 60% des ETAM interrogés se déclarent prêts à quitter leur région pour saisir des opportunités professionnelles (60%) ou bénéficier d’un meilleur cadre ou d’une meilleure qualité de la vie (49 %).

(Source : www.lemonde.fr)