Archives du mot-clé pouvoir d’achat

Le pouvoir d’achat immobilier progresse partout en France

Taux des crédits au plus bas, début de baisse des prix de l’immobilier : le pouvoir d’achat immobilier des Français s’améliore partout en France. Certes, sur une courte période, ce n’est pas forcément le cas, comme le montre le dernier baromètre trimestriel Capacim, réalisé par le Crédit Foncier et l’université Paris-Dauphine.

 

« A Paris, au troisième trimestre 2012, la part des ménages ayant la capacité d’acquérir un logement correspondant à leurs besoins s’établissait à 43 %, contre 43,3 % au trimestre précédent : environ 38 600 ménages franciliens supplémentaires se retrouvent ainsi exclus du marché de l’accession dans la capitale », peut-on lire dans le communiqué.

 

Mais sur un an, l’heure est bien à l’amélioration, puisqu’au troisième trimestre 2011, seuls 35,6 % des Parisiens pouvaient acquérir un bien correspondant à leur besoin, souligne Kévin Beaubrun-Diant, responsable scientifique de la chaire ville et immobilier de Paris-Dauphine.

 

Comment a-t-il procédé pour son calcul ? « Nous ne nous attachons pas seulement aux taux et aux prix, nous prenons aussi en compte le revenu individuel d’un échantillon représentatif de la population francilienne, puis nous intégrons leur épargne, explique M. Beaubrun-Diant. Plutôt qu’un prix au mètre carré moyen, nous nous attachons à la structure du ménage : un célibataire n’a pas besoin du même type de bien qu’une famille avec trois enfants. »

 

UN GAIN RELATIF

 

Les conclusions du Crédit Foncier et de l’université Paris-Dauphine vont donc dans le même sens que d’autres études publiées récemment. « En un an, de mars 2012 à mars 2013, le pouvoir d’achat a forcément progressé à Paris, estime Sébastien de Lafond, le PDG de Meilleursagents.com. Les taux ont baissé de 1 %, ce qui permet une hausse de 10 % du pouvoir d’achat. Quant aux prix, ils ont reculé de 1 à 1,5 % dans la capitale sur cette période. »

 

Un constat partagé par le courtier Meilleurtaux.com, qui souligne que Lyon est la seule grande agglomération en France dans laquelle le pouvoir d’achat immobilier a diminué en 2012. « Dans cette ville, la baisse des taux n’a pas suffi à compenserla hausse des prix », explique Sandrine Allonier, la responsable des études économiques de Meilleurtaux.com.

 

 

 

Pouvoir d'achat immobilier en m2 selon Meilleurstaux.

 

 

 

Il est toutefois important de relativiser. Les acheteurs lyonnais prêts à verser une mensualité de 1 000 euros sur vingt ans n’ont perdu qu’un mètre carré et demi en un an. A Paris, Meilleurtaux.com estime que les acheteurs prêts à s’endetter dans les mêmes conditions ont gagné… un mètre carré en un an.

(Source : www.lemonde.fr)

 

Les acquéreurs reprennent le pouvoir

Même si les prix se maintiennent, le coût du crédit a plongé depuis le début de l’année. Conséquence : le pouvoir d’achat immobilier des Français s’est amélioré dans de nombreuses régions. Et si c’était le moment d’acheter ?

Bien sûr, les signes de la crise sont visibles sur le marché immobilier. Acheteurs comme vendeurs se regardent en chiens de faïence, et le nombre de transaction est en chute libre. Selon les notaires, il n’y aura que 700.000 ventes dans l’ancien en 2012, contre 854.000 en 2011, soit une baisse de 18 %. Mais les acheteurs peuvent se frotter les mains. Car s’il y a un domaine où le pouvoir d’achat des Français s’est amélioré en 2012, c’est bien l’immobilier.

Selon notre baromètre, réalisé sur la base de données du Crédit Foncier Immobilier et d’Empruntis.com, de nombreux quartiers de Paris, et la plupart des métropoles régionales sont devenues plus abordables en un an. Pour un 80 m2, notre base de comparaison, le coût global (valeur du logement et coût du crédit) a diminué de 5,94 % dans le 4e arrondissement parisien. Une économie de 76.794 euros en un an ! Selon nos calculs, les quartiers les plus huppés de la capitale connaissent le même sort : – 2,79 % dans le 5e arrondissement (33.1161 euros économisés), – 1,67 % dans le 8e et encore – 2,04 % dans le 16e.

La situation est tout aussi alléchante dans les grandes villes de province : en un an le pouvoir d’achat immobilier a progressé de 7,64 % à Lille, de 6,19 % à Angers ou encore de 5,64 % à Reims. Lyon ou Marseille sont aussi concernées, mais l’économie y est inférieure à 0,3 %. Les acquéreurs, longtemps menés au score, retrouvent l’avantage. Emprunter est devenu très avantageux depuis le début de l’année. Toutes durées confondues, le crédit immobilier est passé en moyenne à 3,8 %, sous la barre symbolique des 4 %. Le record de la fin 2010 (3,4 %) se rapproche à grande vitesse. Et ce n’est sans doute pas fini. Pour les prêts du mois de septembre, les banques proposent sur vingt ans du 3,8 % hors assurance… mais avant négociation.

Chasser le bon crédit

La chasse au bon crédit est ouvert ! Entre juin 2011 et juin 2012 (la période couverte par notre baromètre), il a clairement joué en faveur des acheteurs. Le crédit bon marché a amplifié la baisse des prix de l’immobilier (à Angers, à Bordeaux…), ou a annulé les effets de la hausse des prix. A Lyon, sans l’effet crédit, le coût d’un appartement aurait augmenté de 4.000 euros. Au lieu de quoi, il s’est légèrement replié (de 828 euros). Partout ailleurs, il a joué un rôle d’amortisseur de la hausse des prix (comme dans la majorité des arrondissements parisiens).

Reste que ces conditions de financement ne sont pas ouvertes à tous. Difficile désormais d’obtenir un crédit si votre taux d’effort (comprenant tous les crédits que vous pourriez avoir contracté) est supérieur à 33 % de votre revenu. Et il est devenu exceptionnel qu’une banque finance intégralement une acquisition sans apport initial de votre part. Cela a eu pour conséquence d’exclure les primo-accédants du marché.

En revanche, les acquéreurs ne doivent pas compter sur une plongée des prix. Sur l’année 2012, les agents immobiliers s’attendent à une stabilité à Paris, à des baisses ciblées dans le reste du pays. « En 2012, les prix devraient se maintenir à Paris, comme dans les villes de première couronne – Boulogne-Billancourt ou Neuilly-sur-Seine. Mais à Montrouge ou Issy-les-Moulineaux, la baisse risque d’être plus sensible que dans la capitale. Les grandes villes de province vont connaître des baisses de – 5 % à – 10 %. Mais ce sera surtout le marché secondaire, dans les communes moins attrayantes qui souffrira avec des baisses supérieures à 20 % », indique Stéphane Imovicz, directeur général du Crédit foncier immobilier.

Pas de « grand soir » des prix

Jusqu’à présent, les prix n’ont, en effet, que faiblement évolué. Selon les notaires (à fin mars, voir tableau ci-dessus), ils ont progressé de 2,3 % en rythme annuel. A fin juin, les prix n’ont pas non plus beaucoup évolué, selon le Crédit Foncier Immobilier. A Paris (pour un 80 m2 ancien) quatre arrondissements s’inscrivent en baisse (de – 5 à – 1 %). Les autres quartiers montent assez timidement (de + 1 à + 4 %). En région, la plupart des grandes métropoles de notre baromètre grimpent, mais faiblement (de + 2 à + 4 %). Le coeur n’y est plus. Seules Strasbourg et Montpellier gagnent encore de + 5 à + 6 % sur les prix.

Mais le « grand soir » – pour les acquéreurs en tout cas -va peut-être arriver. En cas de conjoncture dégradée et de croissance du chômage, les taux à dix ans de la France pourraient remonter ce qui renchérirait le coût du crédit. Par ailleurs, l’instabilité fiscale de l’immobilier pourrait finir par décourager les investisseurs. De quoi faire plonger les prix en 2013.

(Source : LesEchos.fr)