Après la crise, quel immobilier ?

Après la crise

Après la crise que nous traversons il faudra reconstruire. D’une manière ou d’une autre il faudra reconstruire nos relations humaines, rebâtir nos entreprises, repenser notre façon de vivre. Il y a sans doute pour chacun des enseignements à tirer. Stéphane ESCOBOSSA est DG du réseau de mandataires en immobilier Dr House Immo. Nous lui avons demandé de partager avec nous sa vision de l’immobilier après la crise.

Après la crise, quel Immobilier ?

Il faut rester optimiste. En vrai, on lit tous des avis d’experts qui vont dire un jour blanc, un jour gris. Ce sont des gens payés pour avoir un avis. Ils parlent sans doute en toute bonne foi, mais si ils étaient vraiment experts, alors ils auraient anticipé la situation. Il ne s’agit pas de juger ou de critique attention ! On peut juste se dire que face à la situation que nous vivons nous sommes tous égaux.

On attend le lendemain pour savoir quoi faire, on fait confiance aux sachants. Les vraies solutions viendront des médecins, des labos et des personnels soignants. Pas des agents immobiliers. Pas cette fois ci…

Un réseau de mandataire est il plus solide ?

En effet, nous avons moins de charges de structure si vous comparez avec un réseau d’Agences. Oui, nous sommes plus solides, mais cela est surtout lié au fait que nous avons une gestion saine de notre structure. Notre activité est secouée et il y aura de la casse parmi nos confrères agences comme réseaux de mandataires. Il faut que chacun fasse en sorte de protéger la profession et son business, mais également les personnes, les collaborateurs. C’est le principal !

Nous avons fait en sorte de préserver l’emploi au siège et de tenir chaque jour une réunion du staff pour échanger, discuter et créer des solutions. Je tiens ici à rendre hommage à toute l’équipe du réseau Dr House Immo qui fait preuve d’une incroyable solidarité. Plus que de la solidarité, c’est du sang-froid qui chaque jour nous permet de nous retrouver avec le sourire et dans une démarche relativement positive.

Chaque entreprise doit trouver des solutions. Je ne dis pas que c’est facile, mais c’est possible. Il faut que chaque élément de l’entreprise joue son rôle et plus encore. Nous sommes de petites entreprises, cela signifie que nous sommes plus fragiles, mais également que nous avons une faculté d’adaptation. A nous de jouer sur nos atouts.

Pour votre réseau quelles solutions avez vous mises en place ?

Nous avons bien évidemment mis en place des mesures pour préserver la Santé des uns et des autres. Rappel des gestes barrières et des préconisations médicales. Nous avons également supprimé le paiement de la redevance mensuelle dès l’annonce du confinement. C’est un moyen pour nos conseillers de ne pas se sentir acculés. Nous avons négocié également avec nos partenaires, Se Loger, Le Bon Coin, Bien Ici… Tout le monde dans cette période a voulu jouer la carte de la solidarité. C’est aussi cela qui nous permettra de sortir de cette période plus forts.

Enfin, avec l’appui de nos coachs et d’intervenants extérieurs nous avons mis en place un programme de web-conférences quotidiennes. Tous les jours un thème en lien avec l’immobilier est disponible en visio à 14H. Le replay est également disponible dès le soir même.

Le tout est piloté par Dominique Piredda du blog mandataire-immo. L’idée est de mettre à profit le temps disponible pour être prêts tous, dès la sortie de confinement à exceller et accompagner nos clients en demande. Avec les qualités pédagogiques et humaines de Dominique, nous avons pu réunir à ce jour des dizaines de sujets, mais également des participants de tous horizons. Le partage sera bien évidemment une des Solutions pour une sortie de Crise rapide.

Après la crise, comment voyez vous la suite de l’année 2020 ?

L’année 2019 avait été une année record. Nous savons d’ores et déjà que 2020 ne sera pas du même cru. En ce début d’année nous avons connu une croissance fulgurante puisque ce sont presque 100 mandataires expérimentés qui ont choisi de nous rejoindre en provenance d’un autre réseau. La plupart ont entre 8 et 15 ans d’expérience dans le domaine. C’est un gage de solidité. Certains ont connu la crise de 2008. On sait en général que les crises arrivent, qu’elles sont cycliques et que notre marché reste dynamique. 2020 fait d’ores et déjà figure d’année charnière. Un passage entre 2019, l’année à 1 million de transaction et 2021, une année où il va être indispensable d’être professionnel et formé. Non seulement cela, mais il faudra avoir repensé nos approches professionnelles pour remettre l’humain, le client, l’individu au centre du débat.