Estimation Immobilière

Estimation Immobilière : comment ça marche ?

Estimation Immobilière… Il s’est avancé dans le salon, a levé le doigt en l’air et pris un temps de réflexion. Il a fermé les yeux fort et s’est concentré un instant. La scène était intimidante, belle et effrayante à la fois, un peu comme Catherine Deneuve. Il a eu l’air de souffrir puis son visage s’est détendu, il a ouvert les yeux et il a dit : « Votre bien immobilier vaut exactement… » NON, bien sur ça ne se passe jamais comme ça. Une estimation est un moyen de valoriser un bien immobilier. Elle passe par différents critères.

Les méthodes de l’Estimation Immobilière

A ce jour de nombreuses méthodes sont utilisées pour valoriser un bien. On parle de la valeur vénale d’un bien pour l’opposer à la valeur affective. Alors pour rationaliser, on évite de partir en général de la valeur d’achat. Acquisition + travaux sera souvent la mauvaise équation proposée par un vendeur. A cela, il faudra savoir opposer un regard neutre. Tous les biens immobiliers ne prennent pas de la valeur, et si ils en prennent, ils n’en prennent pas tous au même rythme. On privilégiera une étude de marché. Les biens similaires, sur le même secteur sont à même de donner une bonne idée de ce qui se pratique en terme de prix au moment de la mise en vente. Le facteur temps est lié avec la localisation.

Certaines communes ont connu un « quart d’heure américain » où tout valait de l’or. Comme sur tous les marchés, ou comme en cuisine pour un soufflé, cet effet de mode peut retomber. C’est pourquoi le prix d’acquisition peut parfois induire tout le monde en erreur. Le prix des travaux également peut être source de méprise. Un carrelage atroce peut plaire à certains et pas à d’autres. Cela ne constitue pas, à tous les coups, une plue-value sur le bien immobilier !

Les aléas de l’Estimation Immobilière

On peut également valoriser un bien en se basant sur les transactions effectivement réalisées. L’Estimation Immobilière en ce cas, se réalise sur des prix réels. Pas sur le prix annoncé par votre voisin, pas le prix qu’il y avait sur l’annonce, mais le prix indiqué au compromis. Les professionnels de l’immobilier sont équipés d’outils et d’algorithmes pour réaliser cette estimation. Outre la base des notaires qui liste les transactions, il faudra prendre en compte d’éventuelles décotes ou bien leur contraire. Si le bien a une vue, une situation particulière, un étage plus élevé que celui présent dans la base ou bien si il est au contraire en rez-de-chaussée. Une terrasse, un jardin, un garage, une cave… Peuvent faire moduler le prix d’un bien immobilier.

C’est important pour cela de faire appel à un oeil extérieur. Un professionnel de l’immobilier saura vous dire si la prestation en question valorise le bien ou si elle le dessert.  C’est important également de ne pas faire une estimation de complaisance. Vous ne vendrez pas 100.000€ au dessus du prix du marché et votre client non plus. Il sera perdant et vous aussi. Votre métier intègre un devoir de conseil. Bien conseiller votre client est dans vos prérogatives, ne l’oubliez jamais. Quelle que soit sa réaction au prix que vous annoncez.

Peut-on faire payer une Estimation Immobilière?

C’est un vaste débat qui pour certains se clôture bien rapidement. En effet, la Loi Hoguet stipule que le professionnel de l’immobilier ne peut prétendre à rémunération qu’une fois la réalisation d’une vente certifiée par un acte authentique. Cela devrait clore le débat, cependant, certains experts se font payer pour rendre un avis de valeur. Aussi le professionnel de l’immobilier pourrait il envisager de facturer le temps passé. C’est un argument qui fait débat. Il faut alors rappeler qu’il y a deux cas qui généralement amènent un conseiller à réaliser une estimation. Une simple valorisation de patrimoine, pour les impôts ou dans le cadre d’une succession ou bien une vente.

Dans le premier cas, c’est souvent frustrant pour le professionnel de rendre un travail abouti, alors qu’aucun projet de vente ne se profile. Mais dans le deuxième cas, le « salaire » de la mission sera souvent un mandat. C’est ce qu’il ne faut pas perdre de vue. L’estimation est le moment où l’on rencontre son client futur. Non pas pour lui faire plaisir sur le prix, mais pour l’aider à bien se positionner pour construire une stratégie efficace. Et une bonne relation client c’est généralement une vente assurée à moyen terme. Alors acceptez de donner un peu de votre temps, il se pourrait que cela soit plus que rentable.

beau métier

Mandataire Immobilier : un beau métier

Un beau métier c’est un métier que l’on fait avec force et passion. C’est un métier qui apporte des bonnes choses aux uns et aux autres, un métier vivant. Un beau métier, c’est aussi un quotidien qui change régulièrement, évitant le piège de la routine. Enfin, un beau métier c’est un métier qui apporte son lot de challenges et de récompenses. Oui, mandataire en immobilier est définitivement un beau métier

Vous avez du temps libre, mais pas uniquement

Avoir du temps libre est un luxe. Après c’est à chacun de juger du temps libre dont il a besoin pour sa famille, ou ses amis. Mais globalement un mandataire en immobilier exerce en indépendant. Il va pouvoir ainsi organiser ses journées comme il l’entend et surtout ne pas dépendre d’une hiérarchie. On le sait bien, et c’est pour cela que l’on a inventé les pointeuses, le temps passé au travail est une des clefs du contrat professionnel. 35H, 39H, il est rare de finaliser ce que l’on a à faire dans un nombre d’heures. Certaines missions sont plus courtes, d’autres plus longues… Un mandataire en immobilier va pouvoir optimiser le temps/projet, en fonction de ses convictions, de sa manière de travailler et de son envie. C’est un métier de service où l’attitude entre en ligne de compte. Etre réellement disponible c’est être plus efficace.

Vous changez réellement la vie des gens

Le mandataire en immobilier est un conseil, il accompagne et sécurise un projet. C’est pour cela qu’il est soumis à une obligation de formation. Aussi quand il intervient dans un projet, il intervient dans le déroulement complet du process. Son implication et son savoir-faire vont permettre à ses clients, acquéreurs et vendeurs de se laisser guider. Ainsi, il apporte plus qu’un simple service. Il intègre dans son action un confort dont ne bénéficiera pas celui qui souhaite vendre seul ou trouver son logement par ses propres soins.

Ce confort, mélange subtil de confiance et de gestion de projet est un des atouts de ce métier. Un mandataire en immobilier va complètement bouleverser le rapport au projet que peut avoir un particulier. En vendant sa maison, mais également en apportant pédagogie, conseil, empathie, un mandataire en immobilier va jour un rôle clef dans la vie de son client. Une fois la vente où l’achat réalisé, les clients seront installés dans un nouveau cadre et c’est pourquoi si souvent, le mandataire en immobilier reçoit de chaleureux remerciements.

Vous avez des défis à relever

En dehors du fait que nous parlons du patrimoine de nos clients, et de leurs économies parfois durement gagnées, nous sommes également des entrepreneurs. Le mandataire en immobilier n’a pas deux journées qui se ressemblent. Vendre, mais également aider à l’achat, conseiller et accompagner… Une fois qu’un projet est achevé, c’est un nouveau qui se profile. Une nouvelle découverte client, un prospect à rencontrer ou des commerçants avec qui échanger? Chaque jour est un nouveau défi. Avec l’apparition du digital, de nombreuses actions peuvent être entreprises et ce métier qui était jusque là très terrain se diversifie encore plus. Le mandataire immobilier doit en permanence se réinventer et apporter toujours plus à ses clients. Prouver que son service est, sinon indispensable, au moins bénéfique à la réalisation des rêves qui animent ses clients.

Si vous souhaitez vous aussi devenir mandataire en immobilier renseignez-vous.

discours de solution

Le discours de solution, atout maître pour le mandataire immobilier

Vous souhaitez devenir mandataire en immobilier ? Découvrez ce que peut vous apporter le fait de faire évoluer votre discours pour adopter un discours de solution. Il convient de faire évoluer le regard que les gens portent sur vous et à ce titre il est important d’être celui qui remonte ses manches. Et apporte des solutions.

On n’a pas besoin de vous pour les problèmes

Vous souhaitez donc devenir mandataire en immobilier ? C’est une bonne chose, mais il ne faut pas oublier qu’en France un particulier peut choisir de vendre seul sa maison ou son appartement. Des sites d’annonces dédiés, permettent de présenter son bien, de lui donner un prix et d’attendre un acquéreur. Certes en France ces dernières années, ils sont de moins en moins nombreux, mais environ 30% des transactions se réalisent de particulier à particulier. C’est important et cela fait des particuliers la première concurrence à surveiller pour les professionnels.

Tout est donc une question de positionnement. Quand vous choisissez de devenir mandataire dans un réseau, il faut se demander ce que vous allez apporter. En effet, vos clients sont en droit d’attendre un service spécifique en lien avec votre commission. Vous êtes là pour faciliter l’ensemble du processus. Il pourrait se dérouler sans vous, mais vous allez le rendre plus simple, plus fluide. Car vous allez solutionner les problèmes.

Vous apportez votre savoir-faire ou votre expérience

Vous ne seriez pas le premier à vous demander ce que vous faites et pourquoi vous le faites. La crise existentielle pour un professionnel de l’immobilier est légitime, voir indispensable. Elle permet de bien trouver sa place dans un environnement parfois franchement hostile. Vous êtes un tiers et à ce titre, vous êtes déjà utile à la négociation. Vous dépassionnez le débat en étant ni vendeur, ni acquéreur. C’est un point important que peu de gens considèrent. Le mandataire en immobilier est intermédiaire de vente, et à ce titre, il vient avec un oeil extérieur. En prenant ce recul, les parties s’offrent les services d’un conseil qui va pouvoir prendre de la hauteur et regarder les problématiques sous un autre angle. Ce n’est pas un métier compliqué, mais chacun sait l’importance d’avoir une personne qui apporte une vision externe à un dossier.

Vous avez une expérience commerciale et vous savez parler aux gens. Vous avez également un rôle à jouer en conseillant vos clients; C’est le fameux devoir de conseil. Pensez à le mettre en avant. Vous ne prenez pas les décision, mais en s’attachant vos services, vos clients bénéficient d’une prestation luxe de conseil. A vous de donner envie aux gens de solliciter votre avis !

Le discours de solution fait du bien à vous et aux autres

Alors avec l’expérience vous le constaterez, le discours de solution s’oppose au discours de problème. Il n’y a plus de PQ. Il n’y plus de papier dans l’imprimante. L’essence est trop chère… Tout le monde peut nommer un problème. Rares sont ceux, ou en tous les cas, précieux sont ceux qui savent solutionner les obstacles du quotidien. En optant pour cette pensée positive vous allez vous faire du bien. Finalement il n’y a pas tant de problèmes insurmontables. Pas tant de problèmes qui méritent que l’on se gâche une journée ou que l’on se plombe le moral. En réfléchissant de cette façon, vous allez donner envie aux gens de vous côtoyer, de s’inspirer de vous. Vous allez donner un élan résolument positif aux actions auxquelles vous contribuez. Pour le plus grand bonheur de votre entourage et donc de vos clients; Ils vous recommanderont et le cercle vertueux est enclenché !

Contrat de mandataires

Contrat de mandataires : Soyez vigilants !

En relisant les contrats proposés par certains réseaux de mandataires en immobilier, on se rend compte que tous les mandataires ne sont pas égaux. Il y a aujourd’hui une bonne centaine de réseaux qui proposent toute l’année à des commerciaux de les rejoindre, il y a sans doute autant de moutures de contrats.

Bien relire les contrats de mandataires, c’est la base

Le professionnel de l’immobilier est confronté aux contrats en permanence. Le mandat est un contrat. Il lui impose un certains nombre d’obligations et depuis quelques années il a tendance à s’étoffer considérablement; L’objectif de cette démarche : la transparence. Que les deux parties sachent bien à quoi s’en tenir. Aussi, quand on en vient à parler de son propre contrat, le mandataire en immobilier devrait avoir la même exigence de transparence. Des contrats de 16 ou 20 pages (nous ne donnerons pas de nom) cachent forcément des points discutables. Au moment d’apposer sa signature, le mandataire s’engage en tant que professionnel. Il accepte des conditions de travail.

Dans cette activité d’indépendant de l’immobilier, il ne peut cependant avoir les mêmes contraintes qu’un salarié. Les prudhommes ont déjà donné raison à des personnes réclamant la re-qualification de leur contrat de partenariat en contrat de travail. Auquel cas, il faut pour la partie incriminée assumer le salaire et les charges sur toute la période d’activité. Ce n’est jamais une bonne situation.

Ne pas hésiter à se faire conseiller

On pourrait parler des réseaux avec des contrats compliqués de plus de 15 pages. Des clauses abusives (clause de non-concurrence notamment) ou des réseaux qui vendent des packs avec une communication en illimitée… Limitée. On pourrait parler des réseaux où on ne paye rien, mais ou tout est payant, annonces, papeteries, conseils juridiques. On parlerait aussi des réseaux qui obligent les conseillers à être présent dans le réseau (voir plus haut). Dans certains contrats, le réseau prévoit de ne pas verser sa commission à un conseiller en préavis ! Ces clauses restent (très) discutables et engageantes. Comment une commission ne pourrait-elle pas être reversée au négociateur qui a réalisé le compromis?

Mais rien ne vaut les conseils d’un bon juriste pour se prémunir de signer un contrat qu’il faudra ensuite accepter de respecter? On sait d’emblée que la clause de non-concurrence ne peut être valable que si on est rémunéré en contre-partie.  Voir la rubrique critère de validité sur le site du service-public. Mais les réseau font rédiger leurs trames de contrats par des juristes. Autant vous faire épauler également par un spécialiste au moment de vous engager.

Choisissez la Transparence plutôt que la Crise

Quand tout se passe bien, on n’a pas besoin de regarder les petites lignes des contrats c’est connu. C’est quand les situations se dégradent que l’on commence à lire ce qui aurait du être épluché et mis à plat dès le départ. Quand on en arrive à vérifier si la commission est due dans un cas de figure ou un autre, c’est que la situation n’est plus tenable. Personne n’a besoin de cela.

Comme nous l’indique Stéphane Escobossa, DG du réseau Dr House Immo :  » le métier est suffisamment complexe pour que nous nous mettions en plus des complications en interne. Nos mandataires sont contents du réseau, une étude de la SOFRES le démontre, avec un taux de satisfaction de 99%. Notre vision est celle d’un partenariat sain et durable. Aussi nous proposons des outils à nos conseillers avant tout. Notre contrat est clair et simple, comme la relation qui nous lie. C’est la Transparence qui est la clef de notre relation productive avec tous nos partenaires. »

Au final, faites le choix qui vous correspond

Au final, en dépit des choix discutables des uns et des autres, c’est à chacun de faire ses choix. Mais en connaissance de cause. Quand vous signez un contrat, lisez bien les petits caractères, les astérisques, les mentions reportées et les annexes. Choisissez tant que possible un contrat clair qui ne risque pas de vous porter préjudice dans une situation où vous ne pensez jamais vous retrouver.

Et pourtant… Le contrat borde toutes les situations, même les plus désagréables; Dans un métier d’indépendant, comme celui de mandataire en immobilier, il est primordial de travailler en toute sérénité, quelles que soient les circonstances. Optez pour le réseau qui vous ressemble, celui qui vous considère et vous accorde une liberté d’action en lien avec les avantages qu’il vous concède. Un contrat doit tendre vers l’équité. Il est important de le savoir avant de signer, pour ensuite pouvoir vous consacrer à votre métier: l’Immobilier !

 

Coaching immobilier

Coaching immobilier : attention aux belles promesses

Vous l’avez sans doute remarqué, il y a de plus en plus de propositions de formateur en immobilier sur les réseaux sociaux. Ils vous proposent tous de vous livrer les recettes miracles de leur succès. Celles grâce auxquelles vous pourrez rentrer plus de mandats, vendre plus vite ou encore changer l’eau en vin. Attention à ne pas vous laisser embobiner !

Coaching immobilier : une vraie nécessité

Première question à se poser, pourquoi ce négociateur talentueux a-t-il choisi de laisser de côté son métier? A priori il le faisait bien et c’était rémunérateur. Suffisamment en tous les cas pour qu’il choisisse de s’ériger en modèle. Alors chacun peut s’inventer un passé de killer chez telle ou telle enseigne. Mais en réalité dans un métier qui évolue en permanence, il faut garder un oeil ou un pied sur le terrain. Depuis la loi ALUR notamment, la pratique du métier a changé. Aussi, beaucoup de négociateurs ont vu dans ces formations obligatoires une occasion de changer de métier. En effet, de nombreuses sociétés se sont monté pour répondre aux besoins de formation. Très peu ont passé la première année.

Deuxième question que l’on est en droit de se poser, qui est le profil en face de moi? Dans quelle mesure son expérience et son enseignement sont-ils pertinents par rapport à mon secteur? Ou à mon approche du métier? En effet, on le sait tous, l’immobilier est un métier multi-facettes. A Biarritz ou à Paris, à Brest ou à Mulhouse, le métier est différent. Et l’on peut choisir de se spécialiser dans le neuf, ou dans les fonds de commerce. Pourquoi pas dans le Viager? Il faut bien s’assurer que les réponses que l’on vous apporte sont en lien avec vos questions. Sinon, il ne s’agit plus de se former et de progresser, mais de se payer les discours rassurants d’un vendeur de rêve.

Le piège de la facilité

Les conseilleurs ne sont pas les payeurs ! On le dit souvent sur ce blog, mais la Fable du corbeau et du Renard n’est pas loin. En réalité, un formateur doit vous apprendre des choses. Si il ne fait que répéter des choses déjà connues, il vous fait perdre votre temps. Et si en plus il vous fait payer pour ses sessions, alors c’est la double peine. Il y a un certain confort à se mettre devant un écran ou dans une chaise et à écouter quelqu’un vous dire comment faire. Ce n’est pas vraiment productif cependant. Les bons conseils sont à mettre en pratique. On sait tous que la Théorie et la Pratique sont deux choses très différentes…

Avec l’arrivée des formations en ligne, il est possible d’acheter un logiciel pour quelques euros par mois qui va faire office de salle de classe. Certains s’empressent d’acheter ce système, de le mettre en place et de vous proposer des conférence-miracle. Miracle? Vraiment? Loin s’en faut. Comme dans toute bonne activité marchande, on vous promettra des solutions éprouvées avant de vous demander de passer à la caisse. Normal me direz vous personne ne travaille gratuitement. Mais là où le bât blesse, c’est quand on se rend compte qu’au final il n’y a rien de vraiment concret derrière les belles promesses. « La phrase qui vous permet de décrocher des mandats », « L’attitude des winners de l’immobilier », tout cela n’existe pas. Pas sans vous.

Attention aux pièges

Il y a d’excellents vendeurs de rêves. Comme au télé-achat avec le Magimix3000, vous allez pouvoir grâce à eux faire un bond en avant dans votre carrière. Devenir top vendeur, séduire plus de femmes ou d’hommes, avoir les dents blanches et rouler en cabriolet toute l’année… Et ils vous expliquent que des centaines de personnes ont déjà rejoint leur programme. Ils exhibent des témoignages plus ou moins authentiques… Des camelots.

Un « formateur » ou un « coach » selon le terme qu’il choisira pour se nommer ne doit pas TOUT vendre. Il est important de pouvoir vérifier sur ses contributions gratuites (publications, commentaires, vidéos, e-book) si son discours est toujours en phase avec ce qui se passe encore réellement sur le terrain. Si il se contente d’alimenter sa boutique de promesses et de titres très attractifs, dans ce cas attention : la mariée est souvent trop belle…

Attention, car comme on dit les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent. Il n’y a pas de recette miracle dans ce métier. Dans aucun d’ailleurs. Le travail est la clef. Le travail est un trésor comme le disait le laboureur à ses enfants (texte ici). Assurez-vous au final que votre interlocuteur prend toujours des mandats, qu’il est toujours sur le terrain. Son discours policé peut être séduisant, est il réaliste? C’est en ayant ce minimum de vigilance que vous pourrez accéder à des formations de qualité, utiles et constructives. Des formations qui vous feront progresser et c’est bien là le plus important !

communication immobilière

Soignez votre communication immobilière

Il est important d’être visible. Et chacun en tant qu’indépendant en fait l’expérience. Quand on est salarié d’une structure, il y a toujours Jacqueline de la compta qui fait appel à vous, mais un indépendant peut rester des jours sans que son téléphone sonne. C’est pour cela qu’il se doit de travailler sa communication immobilière.

Qu’est ce que la communication immobilière ?

Il y a mille et une façons d’être visible. Autant de supports possibles que vous pouvez le souhaiter. Calendrier, flyers, panneaux et autres pour la papeterie, mais également digital avec les réseaux sociaux, votre site web, ou goodies. Avez vous déjà pensé à distribuer des stylos, des parapluies ou des éventails? A sponsoriser un club local, ou à lancer une initiative de ramassage de déchets sur la commune? Toutes les actions qui vous amèneront à rencontrer des gens et à présenter votre activité sont à étudier.

Bien sur, il ne faut pas sponsoriser un club de hockey si vous avez une aversion pour les patinoires. Mais aller en balade avec un tee-shirt vantant votre activité ne coutera pas très cher et vous permettra de faire de la pub. Pourquoi ne pas marquer votre voiture avec des adhésifs. Ce sera un bon moyen de réfréner vos penchants de chauffard et de bénéficier d’un panneau publicitaire mobile.

Savoir se différencier

Mais communiquer ce n’est pas seulement faire du bruit. Les stratèges de la communication ne sont pas uniquement des porte-voix. Il s’agit ici de mener une excitante analyse de ce que fait la concurrence, pour s’imprégner des bonnes idées et prendre ses distances avec les mauvaises. Celui qui a eu l’idée un jour de faire les estimations gratuites et de communiquer sur le sujet est pour certains un génie et pour d’autres un misérable traître. Attendu que l’agent immobilier ne peut prétendre à rémunération qu’après la vente, il peut sembler logique que l’estimation soit offerte. Cependant d’autres vous diront que le serrurier, le plombier, et les artisans en général font payer leurs devis. Le temps passé, dans une société comme la notre est plus que jamais de l’argent. Faut il voir donc un investissement de temps comme une action de communication immobilière?

Emerger dans un secteur où la concurrence est rude est un aspect primordial de votre réussite. Bénéficier d’outils pour que les gens se rappellent de vous est la garantie d’une carrière sereine et pérenne. Attention, il n’est pas utile de faire des choses incroyables, de dresser des éléphants ou de faire voler un bi-moteur avec une banderole au-dessus des plages de votre secteur. Parfois, des panneaux bien placés, bien négociés avec les propriétaires satisfaits, ou une pile de flyers chez un commerçant suffisent. C’est un savant dosage qui va vous amener à structurer sur l’année une action concrète et structurée.

Avoir de la suite dans les idées.

Le professionnel de l’immobilier est un communicant et un commercial. Il est le publicitaire des biens de ses clients. A ce titre, comme le cordonnier, il est souvent le plus mal chaussé. Pourtant il est acteur du tissu social. Il fait déménager les gens, les fait emménager. Il fait découvrir un quartier à certains, et permet à d’autres de s’installer dans les meilleures conditions. L’action d’un bon professionnel de l’immobilier est très importante localement. C’est pour cela qu’il n’est pas rare de retrouver un conseiller immobilier dans les conseils de mairie ou les associations de commerçants. Il faut prendre chaque occasion et en valider la pertinence pour votre communication immobilière.

Avez vous prévu quelque chose pour Noël? Sur vos supports papiers ou digitaux? Avez vous fait quelque chose pour Halloween, même une petite action? Décoré votre photo de profil Facebook, distribué des bonbons? Selon leur caractère, certains vont jusqu’à se déguiser pour la prospection. Bonne idée? Oui, si elle est assumée et que les actions suivantes sont menées dans la continuité. Vous avez besoin que vos clients se souviennent de vous pour qu’à l’instant T, quand le projet immobilier est mur, ils fassent appel à vos services. Parce qu’ils se souviennent de vous, cela signifie que votre communication immobilière a été efficace!

outils de Mandataires en immobiliers

Les bons outils de Mandataires en immobiliers

Alors inutile d’avoir une grenade aveuglante ou un stylo épluche carotte, le métier de mandataire en immobilier n’est pas si dangereux. Mais les outils de Mandataires en immobiliers sont importants. Si ils ne changeront pas complètement la face de votre activité, ils vous aideront par bien des aspects. En créant un lien spécifique avec un client, en vous faisant gagner du temps… Ou simplement en vous permettant d’accéder à des services et outils qui vont vous différencier de vos concurrents.

Votre smartphone, le couteau suisse des années 2000

Avant, il suffisait d’une mallette bien garnie pour faire l’affaire. Un bloc note, un mètre, un stylo, des post-it… Finalement tout un bric à brac pour pouvoir répondre à toutes les problématiques qui se présentent. De nos jours, un simple smartphone peut pourvoir à pas mal de situations, encore faut il avoir les bonnes applis téléchargées. Devenir mandataire en immobilier c’est se renseigner régulièrement sur les nouveaux outils. Comment se différencier de sa concurrence, émerger dans la foule de professionnels qui offrent leurs services? Faites vous par exemple un plan à chaque fois que vous visitez un bien? Est ce que ce service ne vous permettrait pas de vous différencier des concurrents, même si ce n’est pas un plan pro, mais juste un plan propre?

Les outils de Mandataires en immobiliers sont simples

Le métier que nous faisons est un métier humain. A ce titre, nos gadgets ne sont pas ceux de James Bond ou de Batman. Nos outils sont des outils de communication, pour se faire connaître et présenter notre portefeuille, principalement. Mais ce sont également des outils pratiques, censés nous faciliter la vie. Fut une époque, il fallait quand même rédiger des annonces à la main, pour les faire insérer dans la presse. (A louer : 2P, cuis US, Ch.250, L/m 600 Fr) 

A ce titre aujourd’hui, le mandataire en immobilier est un sacré chanceux. Les outils de Mandataires en immobiliers sont des SMS, des e-mails, des logiciels de transactions qui via leur passerelle diffusent les annonces en un clic. « Le métier à évolué, et nous proposons une palette d’outils faciles à utiliser », nous dit Stéphane Escobossa, DG du réseau Dr House Immo. « Le conseiller en immobilier doit pouvoir passer le plus de temps possible sur son secteur et les outils doivent l’aider en ce sens. On ne peut pas imaginer un professionnel de l’immobilier bloqué derrière un ordinateur. C’est un non-sens. »

Et ils ne sont pas forcément plus chers

Alors les gadgets, sont des prospectus, un peu décalés, un peu marquants pour marquer l’esprit. Une marque décalée, que l’on mémorise. Des panneaux, des SMS de relance, des e-mails bien tournés, des applis pour les photos comme Nodalview… Quand on pense gadget, on imagine tout de suite un système magique qui solutionne comme le génie de la lampe les problématiques du quotidien. Ou à l’inverse on voit ce truc en plastique qui a marché trois fois avant de rendre l’âme. A chacun de balancer entre le coût d’une dépense et sa rentabilité. Aviez vous vraiment besoin de ce drone par exemple? Il faut bien différencier le plaisir que l’on a à s’offrir un jouet et l’investissement dans un outil utile. En général, les nombreuses start-ups qui cherchent à inventer ces outils prennent en compte un budget contraint.

Notre conseil, soyez à l’écoute, lisez ce blog, nous essayons de nous tenir informé également. Parlez avec des confrères, suivez les conseils de sites comme mandataire-immo … C’est un micro secteur, mais si c’est votre secteur, alors vous vous devez de vous tenir informé. C’est à ce prix que vous pourrez rester un conseiller au top !