Mandataires en immobilier

Mandataires en immobilier : améliorez vos résultats

Les Mandataires en immobilier sont indépendants. A ce titre ils peuvent attendre de leurs réseaux qu’ils fassent leur chiffre pour eux, mais ils courent à leur perte. Un réseau n’est qu’une boite à outils et ceux qui s’en sortent sont ceux qui prennent de leur propre chef des initiatives. En effet, on ne parle pas ici de survivre, mais de trouver dans l’exercice de la profession une source de revenus acceptables. C’est ce qui permettra de faire cette activité sur le long terme. Voici 3 règles à mettre en pratique :

Mandataires en immobilier, écoutez les conseils mais restez décideur

Vous trouverez sur Internet tout un tas de bons conseils; Ici sur le site aproposdimmo.com bien sur, mais aussi ailleurs. Les excellentes vidéos de Dominique Piredda sur son blog sont un moyen de découvrir le métier et de commencer du bon pied. Et pour les plus expérimentés, on aime parler de piqure de rappel sur des fondamentaux.

Mais ne dit on pas que « les conseilleurs ne sont pas les payeurs »? Il faut se méfier des conseils à bon prix, donnés sur Internet. Les phrases toutes faites, posées sur un fond esthétisé ne font pas le travail pour vous. Il y a un paquet de coaches, de formateurs et de donneurs de leçons en tous genre; Certains n’ont pas signé un mandat depuis la fin de la guerre froide. Ils ont juste trouvé un créneau où ils n’ont plus à prospecter. Et pourtant ils vous expliquent comment le faire. A la fin, vous restez le capitaine de votre bateau. Si il coule, ce sera vous le responsable. Si il arrive à bon port c’est uniquement grâce aux décisions que vous aurez prises et assumées.

Comme toujours, seul le (bon) travail paie

Quelle que soit la forme prise par votre activité, et que vous fassiez de la transaction ou de la location, la règle reste immuable. En effet, le travail paie et ce n’est pas une légende. Seuls ceux qui travaillent sans se remettre en question risquent de travailler dans le vent. Faire beaucoup de choses ne signifie pas que l’on est efficace. Parfois, peu d’actions bien coordonnées suffisent. C’est aussi ce que l’on apprend avec l’expérience.

Etre indépendant c’est un luxe. Mais toute rose à ses épines, il faut s’auto-discipliner et  c’est la partie la plus complexe de ce travail de mandataire indépendant en immobilier. Bien se former, bien s’organiser, c’est aussi faire en sorte de se ménager du temps avec ses amis et avec sa famille pour un bon équilibre. Le bon travail est fait dans un environnement sain. En effet, l’immobilier est une course de fond, pas un sprint. Et ceux qui durent sont ceux qui savent gérer leur souffle.

Choisissez une formation de qualité

Si on doit s’organiser en fonction des attentes que l’on a, la loi ALUR oblige chacun à se former. S’organiser est donc un conseil que chacun adaptera à ses convictions, quand se former est devenu une obligation incontournable. 14 heures par an, ce n’est pas le bout du monde, mais quitte à faire ses heures, autant les faire dans de bonnes conditions. Il y a la formation face à un écran qui est un choix, mais est ce vraiment ce qu’il y a de mieux pour vous?

Face à d’autres Mandataires en immobilier ou d’autres professionnels, dans un contexte de travail, vous serez plus stimulés. Choisissez des intervenants qui vous sont familiers, qui sont actifs sur le terrain et qui ne se contentent pas de rabâcher de la théorie. L’immobilier évolue et assurez vous que vos formateurs soient à jour. Ces formations sont aussi un bon moyen d’échanger avec d’autres professionnels, confrères ou non, travaillant sur d’autres secteurs ou sous d’autres marques.

La formation des Mandataires en immobilier doit comporter des modules obligatoires, mais elle peut être ludique. Avec des ateliers, des jeux de rôle, des vidéos pourquoi pas ! Demandez le programme et pensez à vous former. C’est un argument de poids quand il s’agit de présenter votre offre à vos clients vendeurs.

 

 

mois d'août

Mandataire Immobilier : A quoi sert le mois d’août ?

Vous ne partez pas en vacances cette année. Le mois d’août et ses plages bondées ne vous aura pas. Vous avez décidé de rester sur le pont pendant cette période traditionnellement calme. Voici quelques idées pour mettre à profit ces jours de forte chaleur.

Le mois d’août pour prendre de la hauteur

En août toutes les villes changent. Dans certaines villes les commerces ferment, les bouchons disparaissent. La vie est plus zen. Quelle que soit la région de France on cherche du calme. Dans les villes accueillant des vacanciers à l’inverse, une nouvelle population afflue. Elle découvre ou connaît déjà. C’est une manne pour les commerçants saisonniers. Le professionnel de l’immobilier n’échappe pas à cette règle. Une nouvelle population ce sont des clients potentiels. Dans ce tableau il faut profiter de cette évolution des cadences pour mettre en perspective ce que l’on a pu faire les mois précédents.

En effet, il y a forcément des choses à améliorer, à corriger ou à optimiser. Dans la chaleur du mois d’août il faut prendre de la hauteur pour regarder avec un autre angle ce milieu de l’année. 5 mois pleins avant juillet-aout, mais également 5 autres mois après pour un exercice réussi. Le mois d’août c’est le moment des grands ajustements qui peuvent sauver ou même juste embellir votre année.

Tous les clients ne sont pas en vacances

Car le postulat de base veut que l’on ne travaille pas en été. C’est faux. Hormis les professionnels exerçant dans des lieux touristiques et qui vont avoir des clients « temporairement présents », il y a toute une frange de la population qui ne part pas en été. Pour diverses raisons, mais cela n’empêche pas dans le lot de trouver des acquéreurs potentiels et des vendeurs.

Autre avantage et non des moindres, en juillet-août la concurrence est plus faible, mois présente. A chacun de tirer parti, sur son secteur, des vacances des confrères. Bien sur cela implique de respecter le code de déontologie, mais quand un concurrent n’est pas là, c’est bien d’en profiter… Les clients apprécieront de trouver un interlocuteur disponible pour les accompagner dans leur projet immobilier. C’est une autre relation qui se noue avec des personnes souvent plus détendues parce qu’il n’y a pas à dire : au mois d’août tout le monde est plus zen.

Finir l’année avec panache

Mais au-delà de toutes ces considérations, il faut garder en tête que les dernières ventes qui se comptabilisent sont, avec les trois mois  de délai, celles d’octobre. Et bien sur, ces dernières ventes peuvent changer la configuration de votre année. C’est le moment d’accélérer. Alors, certes, si vous avez des enfants, si vous avez des obligations, il ne faut pas culpabiliser de prendre quelques jours en août. Ce n’est pas le propos. Mais si vous en avez la possibilité, faire du business sur les mois de vacances reste un atout. Pour de nombreuses raisons, les professionnels un peu expérimentés vous le confirmeront, il ne faut pas imaginer que rien ne se passe en été.

Et être là quand les clients sont en vacances c’est aussi le moyen de créer un lien de confiance. Pourquoi ne pas leur proposer de gérer en leur absence et de récupérer les clefs? De garder leur animal de compagnie, d’arroser les plantes; Après tout, le rôle de l’agent immobilier est très ouvert de ce côté là. Nous ne nous contentons pas de pousser les portes devant les clients; Nous nous impliquons et c’est aussi une des façons de changer le regard des particuliers sur notre belle profession.

La confiance en soi

La confiance en soi : facteur clé de succès

La confiance en soi est utile dans tous les domaines de la Vie quotidienne. Car les clefs du succès sont nombreuses, mais c’est sans doute un des premiers leviers à étudier pour modifier ses résultats. Autant la relation de confiance avec l’Autre est primordiale, autant elle ne peut exister sans la confiance en soi.

La confiance en soi est indispensable

La confiance en soi c’est ce que vous reflétez. En effet, quand les gens vous parlent, vos yeux, votre sourire, votre posture corporelle expriment votre état d’esprit. Quelqu’un qui a confiance en lui attire les bonnes ondes. Cela peut paraitre un peu étonnant, mais on connaît tous quelqu’un qui rayonne de son sourire. C’est ce qui rend les gens séduisants et attirants. Cela incite à la confiance et à la curiosité. Ce que vous pensez de vous, sans rentrer dans de l’auto-suffisance va exsuder. Sortir par vos pores pour vous aider à faire passer des messages. Et des messages positifs. C’est la base de l’analyse transactionelle

Attention à votre attitude

Evitez de parler de façon négative que ce soit à votre sujet ou à propos de votre travail. Cessez de vous plaindre et po-si-ti-vez. En effet, en faisant cela vous ne parlez plus d’échec et vous parlez de votre envie de réussir. Alors peut-être rencontrez-vous une situation difficile ? Et bien n’en parlez pas. Envisagez plutôt la situation dans laquelle vous souhaitez être. C’est la méthode Coué, rien à voir avec l’émission télé bien sur.

Car vous devez renvoyer une image positive, et communiquer une image positive. Sur vos réseaux sociaux notamment. Faites en sorte de véhiculer l’image de quelqu’un d’actif, d’épanoui et qui réussit. Si vous ne mettez pas en avant votre réussite, alors pourquoi un client ferait appel à vous pour vendre son bien? Sans en faire trop, sans exagérer ou déformer la réalité, soyez fier de ce que vous avez accompli, de ce que vous accomplissez. L’immobilier est un métier exigeant. Nous sommes un des seuls corps de métier qui n’est rémunéré que si il mène à bien sa mission ! Il faut choisir le verre à moitié plein, quand le verre à moitié vide vous appelle. C’est facile de s’épancher et de se plaindre. Cela ne cous apportera rien de bon sur le long terme.

Attention à votre entourage

Enfin, entourez vous de gens positifs. On les oppose aux gens toxiques. Cette relation qui vous attire avec elle vers le bas parce qu’elle ne réussit pas n’est pas une amitié. Même au sein de votre entourage proche, sachez débusquer les influences négatives, et parlez-en. Votre réussite passe par une confiance en vous, que vous le vouliez ou non. Alors positivez et apprenez à vous donner du crédit. Vous avez un parcours, tout le monde en a un. Vous avez connu des hauts et des bas, et vous êtes toujours là. Ces gens qui vous connaissent le savent. Ils ne se rendent pas compte, que leurs propos, même si ils sont sur le ton de la plaisanterie ne vous encouragent pas. Il n’y a pas d’intention de nuire, mais pour booster votre confiance en vous, pour améliorer l’image que vous renvoie le miroir, il vous faut un entourage bienveillant.

En retour, soyez vous aussi bienveillant auprès de ceux qui vous entourent. Cette prise de conscience se fait petit à petit en prenant du recul sur nos attitudes et notre parcours. Il y a où nous étions, où nous sommes et où nous voulons aller. Tous autant que nous sommes. Et c’est en regardant ce que l’on a traversé et le chemin restant à parcourir que l’on se positionne. En fonction de ça, on évalue le travail à fournir et on se fait confiance, ça ne pourra que marcher.

Docteur de l'Immo

Docteur de l’Immo : Pourquoi votre conseiller immobilier est aussi important que votre docteur?

Docteur de l’Immo… Quand un médecin vous demande d’acheter et d’ingérer une gélule bleue et deux suppositoires rouges vous le faites sans discuter. Pourquoi ne pas écouter le professionnel de l’immobilier qui vous recommande une action concrète pour vendre votre bien. Pourquoi ne pas l’écouter pour le bien de votre projet immobilier?

Similitude et diagnostic
Si on réfléchit bien, le médecin fait des visites et l’agent immobilier aussi. C’est un métier où les gens nous font entrer chez eux pour résoudre un problème. A bien y regarder, il y a le diagnostic qui dans les deux cas est un passage obligé. Il y a également la prescription du toubib et du Docteur de l’Immo . Et c’est à ce moment que le regard de nos interlocuteurs change. Les médecins ont le serment d’Hippocrate vieux de 25 siècles. Nous avons depuis quelques mois le code de déontologie des professions immobilières.
Que le médecin prescrive un médicament ou un autre ne choquera personne. On a pourtant déjà vu des conseillers se faire mettre à la porte sans ménagement pour une estimation jugée trop basse. Ce que l’on respecte chez un médecin, chez un notaire ou chez un avocat c’est son éducation, son bureau imposant, son savoir. Avant de connaître un notaire on est intimidé par le bureau fastueux dans lequel il nous reçoit, mais avant d’être un notable, il est un Homme.
C’est à ce stade qu’il faut ramener la réflexion. Le professionnel de l’immobilier va oeuvrer avec sa conscience professionnelle pour vous accompagner. Il a un savoir et il va le partager avec vous. Sans vous obliger à insérer des produits chimiques dans vos orifices.
Dr House Immo :Accepter de dire les choses
Or, quand il faut annoncer une mauvaise nouvelle, le médecin sait qu’il n’a pas d’échappatoire. Et c’est aussi ce que l’on attend de lui, qu’il ne se défile pas. Nous dire les choses, nous accompagner ensuite dans le traitement du problème avec implication. Et un bon médecin est celui qui nous répond par mail ou par téléphone à n’importe quelle heure qui nous rassure. Il est là, il est à nos côtés et il se bat avec nous.
Un conseiller immobilier, qu’il soit agent immobilier ou mandataire immobilier doit dire les choses. SI l’on réfléchit au cycle qui mène au désamour de la profession il y a de quoi être perplexe.

Problème de maths donc :

Postulat 1 :
Si on considère qu’un agent immobilier qui vend reçoit chocolats, fleurs et/ou bouteille de vin. Si on considère également que le chocolat, les fleurs et l’alcool quand ils sont offerts sont des signes d’affection. Alors on peut déduire que les clients contents aiment leurs conseillers immobiliers;
Postulat 2 :
Si on considère que les agents immobiliers peuvent être appréciés sinon aimés, alors on peut s’interroger sur la mention « agence s’abstenir ». Quel être humain digne de ce nom refuserait l’Amour. Donner et recevoir de l’Amour n’est ce pas la plus belle chose en ce bas monde?
Postulat 3 :
Les agents immobiliers et mandataires immobiliers doivent faire du bon travail pour qu’on les aime. En effet, ils doivent dire les choses. Quand un prix est trop élevé ou quand des clients font des remarques. Car les fameux compte-rendus de visites sont si souvent négligés… On en revient à un aspect fondamental qui est la communication. Dire les choses sans penser que l’on va vexer les gens. Mais toutes les vérités ne sont elles pas bonnes à dire?
La prochaine fois que vous hésitez à donner un prix à un mandant potentiel, et bien pensez au toubib qui doit annoncer une maladie incurable, et relativisez…
Le Docteur de l’Immo fera un suivi tout au long du dossier.

Pour un professionnel de l’immobilier la différence se fait au niveau de  la qualité du travail fourni . En effet c’est un facteur clé de succès. Et de toutes les façons votre succès est celui de vos clients. Pour eux projet concrétisé, et pour vous commission. C’est important de le concevoir dès le début. Vos destins sont liés. Le Docteur de l’Immo devra se comporter comme un médecin sur un sujet plus léger mais tout aussi important que la santé.

Le sérieux que l’on demande à son docteur, son implication et sa connaissance sont des exemples à suivre. Il y a souvent sur le bureau des toubibs un gros livre recensant les pathologies rares, les maladies vénériennes ou orphelines selon le client… Les médicaments et leurs effets indésirables. Le médecin n’a pas tout dans la tête, il doit parfois chercher une réponse. Auprès de confrère, auprès d’autres spécialistes… Le Docteur de l’Immo c’est pareil. Il ne s’agit pas de tout connaître et de tout savoir; Il faut plutôt montrer que l’on est concerné.

Quant à ces personnes qui pensent qu’Internet permet de se passer de professionnels, vous pouvez toujours les inviter à la lecture des pires posts de Doctissimo ( Doctis -Immo ? Un hasard? Je ne crois pas ! :)))

Déontologie et Immobilier

Déontologie et Immobilier : que dit le code?

Déontologie et Immobilier, ce vaste débat. La formation obligatoire est une excellente nouvelle ( plus si nouvelle que ça d’ailleurs) pour les métiers de l’immobilier. La formation comprend notamment au sein des 14H annuelles minimum un module sur la déontologie. Mais qu’apporte ce fameux code au métier? La réponse en 12 articles.

Déontologie et Immobilier Article 1 : Champ d’application

Ce code définit les règles déontologiques auxquelles sont soumises les personnes exerçant des métiers en lien avec l’immobilier. En effet Déontologie et Immobilier vont de paire pour les personnes morales et les personnes physiques. Cela concerne donc les activités d’achat, de vente, de recherche, d’échange, de location ou sous-location… Mais également dans les textes pour ce qui concerne les cheptel morts ou vifs… Avis aux amateurs.

L’article 1 liste principalement les populations concernées. C’est ce qui le rend indigeste. Marchands de biens, syndic, administrateur… Bref une liste complète des métiers de l’immobilier, aucun intérêt, mais c’est ainsi que se font les Lois.

Article 2 : Ethique professionnelle

Cet article invite donc les personnes listées à agir avec conscience, dignité, loyauté, sincérité et probité. En un mot la déontologie est définie comme une ligne de conduite. Il faut s’attacher à donner une meilleure image de la profession. Facile jusque là, Déontologie et Immobilier.

Article 3 : Respect des lois et règlements

En effet, les professionnels sont soumis à des règlementations dans l’exercice de leurs activités. Globalement ici il est question de veiller à ne pas pratiquer la discrimination. refuser un locataire sur le seul critère de ses origines par exemple. C’est une pratique plus courante qu’on ne le pense. Si le propriétaire fait un choix, c’est discutable, mais c’est le sien. L’agent immobilier lui ne peut pas et surtout ne doit pas discriminer ses interlocuteurs. Il doit également se conformer aux dispositions de TRACFIN et de la CNIL.

Article 4 : Compétence

Intéressant de lier cette évolution en lien avec la formation obligatoire. En effet, les personnes mentionnées à l’article 1er doivent maitriser les connaissances théoriques et pratiques en lien avec l’immobilier.
Elles doivent se tenir à jour via la formation notamment. L’article précise qu’un professionnel de l’immobilier doit également refuser une mission pour laquelle il n’a pas la compétence.

Article 5 : Organisation et gestion de l’entreprise

Cet article concerne les agents immobiliers en agence ou bien les têtes de réseau. Il faudra bien veiller à ce que les personnes habilitées soient compétentes, formées et administrativement à jour. Inscriptions au RSAC le cas échéant mais également souscription d’une RCP… Les obligations ne sont pas anodines. En effet, l’absence de RCP peut amener le conseiller et non l’agence subir des poursuites au pénal. Pour utiliser à nouveau une métaphore, on ne conduit pas sans permis ou sans assurance. Le conseiller immobilier qui ne s’oblige pas à se mettre à jour s’expose aux mêmes situations et aux mêmes sanctions. #transparence ?

Article 6 : Transparence

Comme quoi ce code de Déontologie et Immobilier a été bien pensé, il reprend dans la suite de l’article 5 un article que la transparence. Il faudra donc :
Présenter si besoin un attestation à jour pour confirmer que l’on est autorisé à exercer. Présenter en cas de demande une attestation RCP et une pièce d’identité. Et préciser en cas de demande d’avis de valeur que le document ne constitue pas une expertise.

Article 7 : Confidentialité

L’article 7 est le plus discutable. En effet, on précise que le professionnel de l’immobilier respecte un devoir de confidentialité. Cependant les récentes directives sur la lutte contre le blanchiment d’argent oblige l’agent immobilier à dénoncer ses suspicions de fraude… C’est assez équivoque. L’article en somme invite le professionnel à faire preuve de discernement. Entre l’information personnelle confidentielle et le soupçon la frontière est parfois fine. C’est ici la limite de la mise en pratique de TRACFIN.

Article 8 : Défense des intérêts en présence

Il est question ici de se positionner en conseil et de défendre les intérêts des mandants. Déontologie et Immobilier cela signifie Etre prudents, transparents, et transmettre toutes les informations utiles. Rendre compte des avancées ou des situations rencontrées sur les dossiers pour lesquels nous travaillons. L’objectif de cet article est bel est bien de défendre les intérêts du client, car comme chacun sait le client est roi. Mais surtout il n’est pas professionnel de l’immobilier, il faut donc le renseigner et l’informer avec pédagogie. Ce qui est évident pour le professionnel ne l’est pas forcément pour tout le monde.

Article 9 : Conflit d’intérêts

L’article 9 est souvent au coeur du débat. Comment un professionnel de l’immobilier peut il vendre ou acquérir un bien? La notion de conflit d’intérêt entre ici en jeu. Comment évaluer au juste prix un bien immobilier dont on est le vendeur? Comment ne pas favoriser un ami ou un proche dans un dossier intéressant? La probité du professionnel de l’immobilier est au centre des enjeux. C’est à ce prix que l’on préserve son intégrité et celle de la profession toute entière.

Article 10 : Confraternité

Le lien entre Déontologie et Immobilier est aussi celui entre le client et son contact professionnel. Il ne faut pas dire du mal de l’agence avec laquelle on est en conflit ouvert ou bien de ce réseau qui recrute à tout va et met sur le terrain des débutants sans foi ni loi… Pourtant le code de déontologie prévoit que dans l’exercice de leurs activités, les professionnels de l’immobilier doivent préserver un cadre de concurrence libre, saine et loyale.
Ainsi ils s’abstiendront de toutes paroles ou actions blessantes, de toutes démarches susceptibles de nuire à leurs confrères, de les dénigrer ou les discréditer.

Article 11 : Règlement des litiges et Article 12 : Discipline

Le lien entre Déontologie et Immobilier se fait beaucoup dans la logique d’une résolution à l’amiable les litiges. On prévoit ainsi dans ce code de répondre dans un délai raisonnable aux réclamations. C’est aussi une façon sinon de vivre ensemble aux moins de co-exister ou de travailler en proximité. L’article 12 évoque le cas où un manquement grave serait constaté. Le CNTGI entre alors en action dans un registre élargi. Mais c’est une autre histoire

Home staging

Home staging : Connaissez vous le syndrome Valérie Damidot ?

Le Home Staging s’est installé en quelques années dans les pratiques courantes liées à l’immobilier. Pour ceux qui étaient en hibernation depuis la fin de mandat de Jacques Chirac, il s’agit de refaire la décoration d’un appartement ou d’une maison. C’est schématique, mais en gros on  optimise le potentiel d’un bien en le rendant plus séduisant, en permettant aux visiteurs de se projeter. Alors pourquoi pas? Mais pas n’importe comment.

Image associée

Une approche faussée (encore une fois) par la télé

Le syndrome Valérie Damidot atteint en général le client un peu aisé qui pense que son goût est universel. Que le conseiller immobilier qui n’a jamais eu en face de lui ce spécimen de client me jette le premier pot de maroufle.

Avec les émissions télé qui fleurissent en général sur les chaînes du groupe M6, on assiste à une mise en scène des métiers de l’immobilier. Ce n’est pas un secret, les animateurs rendent l’agent immobilier sympathique, le conseiller en décoration amical. Très bien, c’est le bon côté de la médaille. On se tutoie, on plaisante et on se tape dans le dos.

Le revers de la médaille c’est le fameux « bah c’est pas compliqué, j’peux l’faire » qui du coup saisit le téléspectateur au fond de son canapé. En résulte tout un ensemble de catastrophes décoratives plus ou moins assumables. Le mur taupe, le parement en brique à moitié fini, les galets au sol dans la salle de bains… Tout ça posé de façon un peu anarchique ou à moitié fini. On ne parle pas des sommes englouties chez Casto, But, ou à « chiner » dans des marchés du samedi… Et oui, ce n’est pas si simple qu’on le croit !

Un métier de pro, pas un hobby

Tout cela nous ramène à l’époque de « Top Chef », quand on redoutait tous que l’on nous invite à manger. Même nos meilleurs amis avaient investi dans un Mixo3000 et une mandoline pour faire des verrines compliquées et des petits plats dans les grands. Cette angoisse saisissante au moment d’accepter une invitation à diner nous rappelle que malgré l’image qu’en donne la télé, les métiers des uns et des autres sont des vrais métiers. Tous les métiers s’apprennent, c’est ce qui fait que chacun est utile, avec sa spécialité et surtout son expérience. L’idée de faire appel à un professionnel du home staging c’est que sans passer nécessairement par un architecte, on va remettre entre les mains d’un spécialiste un dossier important.

En débarrassant la réflexion du côté affectif, on va se rendre service. On a déjà parlé du restaurant. C’est la même chose dans ce cas. En effet, le home staging doit prendre en compte un ensemble de facteurs pour être efficace. Ce qui est possible et ce qui est souhaitable se télescopent. En résulte, loin des caméras qui ont pour charge de tout évènementialiser, une transformation significative. Demandez à vos interlocuteurs de vous montrer leurs réalisations, de vous parler de leur vision, et de leurs convictions… C’est aussi comme cela que l’on transforme une maison, en changeant le regard que l’on porte dessus.

Des outils d’avenir pour faciliter le home staging

Si le Home staging s’est développé, c’est grâce à la télévision qui l’a démocratisé. Quand la télé en parle, des millions de gens sont impactés et favorablement. Bien que cette amorce nécessaire soit utile, il ne faut pas qu’elle nuise à l’expansion de la pratique; Et pour cela il faut que les chaînes s’intéressent un peu à autre chose. Une proposition : suivre les postiers dans leur passionnante journée, de 07H à 09H30 ? C’est juste pour plaisanter bien sur, amis facteurs…

En laissant le Home staging grandir et trouver sa place au sein des foyers français, on aidera sans doute les uns et les autres à comprendre mieux l’importance de cette discipline. Avec les nouvelles technologies, et notamment la 3D, on va bénéficier d’une expérience top. Avec la digitalisation de la maison et des équipements, le Home staging a sans doute ses plus belles heures devant lui.

Devenir mandataire immobilier

Devenir mandataire immobilier : quels sont les pièges à éviter ?

Devenir mandataire immobilier est un sujet tendance du moment, une porte qui s’ouvre à chacun. Avant de se lancer à l’aventure, il convient de se poser les bonnes questions. Trop de réseaux véhiculent l’image d’un métier facile avec du temps libre et peu de contraintes. Mais il faut se méfier des apparences.

Devenir mandataire immobilier, mais pas n’importe comment

En effet, devenir mandataire en immobilier n’est pas un choix anodin. Pour soi d’abord parce que l’on va s’impliquer dans une aventure qui coûte du temps et de l’argent.Il faut le noter, un pack de communication à l’année c’est une charge qu’il faut prévoir d’amortir. En comparant les coûts des packs et les réversions, on arrive à se faire une idée. Il y a les réseaux chers et qui reversent peu, il y a ceux qui promettent 100% et la gratuité, mais chez qui chaque appel pour une information est facturée au prix fort…

Il faut prendre en compte qu’un réseau est une entité qui va servir de boite à outils. Une boîte à outil qui offre des solutions, un soutien, un support technique et légal. Votre réseau ne va pas vendre pour vous. Aussi le réseau qui vous reverse 100% ne se soucie pas de votre réussite, c’est un vendeur de pack. Celui qui vous promet 70% en 2018 est au contraire un réseau qui va profiter de votre crédulité de néophyte…

Il faut analyser le marché avec du recul.

Certains réseaux sont associés à des actionnaires. Ces financiers n’ont pas pour objectif le confort des mandataires qui composent le réseau, mais bien le CA annuel qu’il faut faire progresser. Par le biais de packs vendus, donc le recrutement. Et par le biais de meilleures ventes ensuite, si possible. Un réseau à taille humaine ne devrait pas dépasser un certain nombre de mandataires.

Au-dessus de la taille critique, quelle est la raison d’être indépendant pour travailler dans une entité qui a tout d’une machine? Que vous apporte le fait d’être dans un réseau qui se targue de compter plus de x milles négociateurs? Dont combien ont abandonné? Il faut se poser les bonnes questions et rejoindre un réseau qui valorise le travail de qualité.

Ensuite il faut également faire un choix intelligent et respectueux de nos clients et de nos confrères. Prendre un mandat et abandonner une semaine après l’immobilier c’est décevoir ses clients, ceux qui nous ont accordé leur confiance. C’est également porter préjudice au métier. Les clients seront prompts à juger que « dans l’immobilier » les gens ne sont pas professionnels.

Prendre le temps de bien cadrer son projet

Depuis la Loi Alur, la formation des agents immobiliers est obligatoire. 14H par an sont demandées pour pouvoir renouveler son attestation collaborateur. Cette formation est d’abord apparue comme une contrainte forte. Avec le temps, elle est bénéfique à la profession. Même si le cadre de la formation est encore à clarifier, elle met en place un cercle vertueux de formation qui élimine petit à petit les imposteurs. Ceux qui ne veulent pas se former, ceux qui travaillent de façon erratique, en ne respectant ni la Loi ni le code de déontologie.  Devenir mandataire immobilier se mérite.

Cadrer son projet c’est prendre contact avec un organisme de formation et bien comprendre les tenants et les aboutissants de ce métier. Il ne s’agit pas de vendre une maison comme on vend un lave-vaisselle ou une voiture mais de valoriser la notion de projet et de cadre de vie. Respecter ses interlocuteurs en les sécurisant et en tenant un discours cohérent est crucial; Bien que ce soit une évidence sur le papier, il peut s’avérer difficile de le mettre en pratique au quotidien.

Développer ses qualités d’écoute et d’empathie, donner de la valeur au terme « conseiller Immobilier » en étant au plus près des besoins de ses clients; Voila qui donne du sens à un projet, encore faut il que l’on soit préparé à ça. On ne devient pas docteur ou comptable du jour au lendemain, il serait préjudiciable de s’imaginer que l’on peut devenir en un claquement de doigt agent immobilier ou mandataire. Devenir mandataire immobilier demande de la formation.

Se former une étape indispensable

A l’opposé des images véhiculées par les réseaux et leur managers qui recrutent à tout vent, l’immobilier est un métier rigoureux. Dominique Piredda, sur son blog, www.mandataire-immo.fr et sur sa chaine Youtube donne une vision assez transparente de ce qu’est le métier de négociateur en immobilier. Sa vision humaine et honnête de la profession qu’il exerce depuis de nombreuses années en fait un interlocuteur fiable. Devenir mandataire immobilier comporte des risques et bien évidemment, vaincre ces risques est une satisfaction qui se mérite.

Poser des questions à des interlocuteurs désintéressés qui ne vont pas chercher à vous « recruter » pour vous « manager » est une bonne solution. Se former est aujourd’hui possible en ligne avec Internet et ses ressources inépuisables en terme de législation et de contenus. Il y a des vidéos, des articles sur des blogs, des contacts. Méfiez vous de ceux qui vendent du rêve. Un bon conseil est un conseil gratuit. Ce ne sera pas le cas d’une formation, mais pour commencer, pour bien s’orienter, il suffit de demander quelques minutes seulement et de bien écouter. Devenir mandataire immobilier nécessite de savoir écouter.

Dans cette époque où l’indépendance est une façon de créer son propre emploi, ou chacun se rêve en Entrepeneur, il faut être réaliste. Les conseilleurs ne sont pas les payeurs. Si vous échouez vous ne devrez vous en prendre qu’à vous-même; C’est le revers de la médaille que ne présentent pas les recruteurs. Raison de plus pour mûrir votre réflexion, ne pas écouter les on-dit et avancer selon vos choix. Il faudra les assumer et c’est à ce prix que vous pourrez Devenir mandataire immobilier et que vous rencontrerez le succès !