Archives mensuelles : février 2019

Métier de mandataire immobilier

Le Métier de mandataire immobilier, plus qu’un métier

Souvent, le Métier de mandataire immobilier est perçu comme un simple intermédiaire de vente. Le métier manque de reconnaissance. En effet, si on demande aux gens qui ne travaillent pas dans ce secteur, comment ils voient le métier, on constate que la profession est mal connue. Alors il est important de rappeler les fondamentaux.

Le Métier de mandataire immobilier, ce n’est pas une histoire d’heures

Et oui, car le mandataire en immobilier n’est pas juste un porte-clef, il ne sert pas à ouvrir des portes. Il engage un devoir de conseil auprès de ses clients. Et les clients ont souvent besoin de visiter le week-end, le matin tôt avant le travail, ou le soir après le boulot. C’est au professionnel de l’immobilier de s’adapter à la situation. En résultent des horaires à rallonge et des moments souvent compliqué d’attente le samedi après-midi, quand le lapin se profile à l’horizon. Qui n’a pas eu ce client qui a « oublié » la visite ou qui sans prévenir doit se rendre en urgence à l’autre bout de la France…. Alors qu’il a rendez-vous avec vous il y a 10 minutes. Pour faire le métier de mandataire, il faut accepter de ne pas compter ses heures.

Mandataire immobilier, une obligation de formation

La critique est récurrente : les  réseaux parachutent des mandataires sur le terrain sans véritable savoir et sans expérience. Mais certains font ce métier depuis des dizaines d’années. Ils ont l’expérience, ils ont traversé des situations et posent un regard est plus que pertinent sur le projet de leurs clients. Ils ont en plus cette obligation de formation qui leur permet de s’améliorer et de se mettre à jour tous les ans. Le mandataire en immobilier et plus généralement le professionnel de l’immobilier est un référent dans son domaine. Sur un dossier litigieux, il aura les ressources pour vous éviter les pièges et les situations désagréables. Faites lui confiance dans les limites du raisonnable et créez ensemble une relation gagnante.

Le Métier de mandataire immobilier, un métier sur la durée

Entrer dans la maison des gens, dans leur vie, dans leurs projets… Ce n’est pas anodin. En effet, il n’est pas rare pour un professionnel de l’immobilier de devenir le confident, celui a qui l’on parle de ses problèmes et de ses envies, de ses attentes tout du moins. Si vous souhaitez devenir mandataire en immobilier, ne l’oubliez jamais, la qualité première sera l’empathie. Vous ne vendez pas des maisons, vous réalisez un accompagnement dans le projet de personnes.

Alors bien entendu, certains vous parleront de bons mandataires en regardant le CA ou bien leurs nombre de mandats. Mais c’est une erreur. Comme tout métier, il ne s’agit pas de cumuler les one shot, mais de durer. Si on veut parler de métier et non de période professionnelle, l’activité doit s’étaler sur plusieurs années. Et pour durer il faut intégrer que le succès passe avant tout par la satisfaction client.

e-mail en immobilier

L’importance de l’e-mail en immobilier

L’e-mail en immobilier est souvent peu considéré. En tous les cas pas suffisamment. On dit souvent que le diable est dans le détail. Mais en réalité il est aussi dans l’e-mail. Si vous commencez votre email par « cher mètre » ou « Monsieu le notère », vous risquez certes de ne pas avoir de réponse, mais ce n’est là qu’une partie du problème. Le correcteur d’orthographe de votre messagerie devrait d’ailleurs se charger de cette partie là.

L’e-mail en immobilier

On ne sait pas tous que l’e-mail est un outil qui a plus de 50 ans. Il a beaucoup évolué depuis cette époque; Aujourd’hui il concurrence la Poste et on ne va plus aussi souvent que ça timbrer ses petites enveloppes. Une Pièce Jointe suffit. On peut envoyer un e-mail d’amour, même si ça n’a pas le même charme. Et en effet, on peut également travailler avec ses e-mails de façon très productive. Car c’est aussi de cela qu’il s’agit. Quand avant on devait attendre le facteur pour obtenir une validation, on peut aujourd’hui en quelques minutes recevoir ses e-mails et transmettre des informations cruciales. Ca va vite et parfois trop vite quand on considère que le téléphone permet d’accéder aux e-mails et que nos interlocuteurs sont souvent persuadés qu’un e-mail envoyé est un e-mail lu.

Les bonnes pratiques

Chacun gère sa boite e-mail à sa façon. Il y a les fans de vintage qui utilisent encore caramail ou club-internet pour leurs emails pro. Il y a les fous de techno qui ont une adresse par sujet. Une pro, une perso, une pour le chien, une pour la voiture… On ne paie pas ses adresses… Vrai et faux. Les solutions professionnelles sont payantes. Elles offrent des garanties importantes et il serait dommage de ne pas les considérer. Première bonne pratique, à moins d’avoir des choses à cacher, n’utilisez qu’une adresse e-mail. Cela vous évite de vous éparpiller. En effet, même si le multi-compte facilite la tâche, un seul e-mail vous permet d’avoir toutes les infos au même endroit.

Deuxième conseil, oubliez les clients de messagerie. Sans intérêt et dépassés, les Outlook, Livemail, ou Mail (Mac), sont des pertes de temps considérables. Les fournisseurs de mail offrent des solutions idéales et plus efficaces. Gmail est le meilleur exemple; Le mail de Google se dote également d’une application pour smartphone hyper facile à prendre en main. En effet, le mail est aujourd’hui un chat amélioré. On peut glisser trois mots dans un e-mail. « Bon pour accord », « ok », « ça me va ». Pas besoin forcément d’en passer par des formules ampoulées « Veuillez agréer… »

Pour travailler mieux

En effet, le mail est un outil pratique. Gagnez du temps. Utilisez votre e-mail comme to do list. On ne peut pas travailler sur 1000 canaux. Demandez à vos clients, amis, prestataires, de vous faire un e-mail pour ne pas oublier. Et le message sera rangé une fois traité. Pensez à ne pas négliger l’objet de vos emails si vous devez retrouver des discussions. Vous pouvez aussi opter pour le mail dans le cadre de discussions de groupe. Auquel cas, le rangement de vos dossiers sera un atout considérable. Créez en ce cas un dossier par thématique plutôt qu’un dossier par interlocuteur.

Enfin, last but not least, l’esmail est au coeur de la problématique environnementale. Car stocker vos emails consomme de l’énergie.

33 courriels envoyés chaque jour pendant un an = 500 km de CO2 en voiture

nous apprend cet article : https://www.ca-se-saurait.fr/2015/03/31/faites-le-tri-dans-vos-mails/

Pensez à vous désabonner des newsletters inutiles et à mettre en spam ce riche héritier africain qui veut absolument partager sa fortune avec vous. Car en fait il n’est pas riche ni héritier. Et votre productivité en sortira renforcée.