Tous les articles par L

Bilan immobilier 2019

Bilan immobilier 2019 : Une excellente année

C’est l’heure du Bilan immobilier 2019. La société qui développe la marque Dr House Immo a connu une croissance phénoménale. Sur tous les aspects c’est un exercice réussi selon Stéphane Escobossa, le DG du réseau de spécialistes en immobilier. Il revient avec nous sur les clefs de ce succès.

Bilan immobilier 2019. Stéphane Escobossa si vous deviez nous faire un bilan de cette année ?

Stéphane Escobossa : Nous avons toutes les raisons d’être satisfaits. Notre marque s’est hissée parmi les réseaux les plus importants. On ne compte toujours pas en nombre de mandataires. Ce n’est pas ce qui nous importe car nous ne sommes pas des vendeurs de packs. Nous avons réalisé un excellent exercice, et je crois que c’est général pour les confrères dans l’immobilier. Ce que je retiens principalement, c’est la qualité des recrues qui ont décidé de nous rejoindre. Issus d’autres réseaux pour la plupart, ils ont validé notre système et notre vision. Une réversion importante, pas de palier, un pack à 85€… Notre offre a rencontré les mandataires expérimentés parce que nous l’avons conçue pour eux.

Nous avons également choisi de renforcer notre staff. Non pas avec des personnes dans des bureaux, mais avec des conseillers expérimentés qui nous apportent au quotidien leur vision du terrain et de notre Métier. C’est important de ne pas se laisser griser par le succès et de ne pas abandonner ses valeurs en cours de route. Nous restons indépendants, sans financier à qui rendre des comptes et cela est absolument primordial dans notre métier. Nous sommes un des derniers réseaux dans ce cas, si l’on compte parmi les réseaux réalisant un chiffre d’affaires similaire. Nos conseillers sont indépendants et nous tenons à le rester également, tant que cela ne nuit pas à la croissance de l’entreprise.

Bilan immobilier 2019. Comment expliquez vous vos excellents résultats ?

Stéphane Escobossa : L’humain avant toute chose. Nous avons rencontré de belles personnes qui ont choisi de rejoindre l’aventure. C’est le moteur de la machine. C’est paradoxal, mais un réseau ne peut fonctionner sans l’humain. Ou bien alors cela devient comme l’usine. Certains conseillers indépendants ont quitté des gros groupes avec des postes importants et salariés. Ils se retrouvent dans des conventions, où ils ont juste l’impression d’avoir troqué leur CDI contre un contrat de partenariat. Si il n’y a pas l’humain, la proximité, ils sont perdants. A quoi bon quitter une grosse boite pour une autre grosse boite moins les avantages. Je suis pas super fort en maths, mais ça me semble être un calcul risqué.

Si il faut faire un Bilan immobilier 2019… Nous avons d’excellentes personnes qui ont embrassé nos valeurs, notre façon d’être et lors de nos journées nationales en septembre à Bordeaux nous avons eu plaisir à nous retrouver tous ensemble. C’est une aventure Humaine, mais il faut retenir que nous avons cumulé des dizaines d’années d’expériences en immobilier avec les associés du réseau. Les coachs et les conseillers expérimentés apportent également leurs connaissances. C’est encadré bien sur par des avocats et des notaires qui nous conseillent, mais ce qui compte c’est la maîtrise du terrain et la Pratique. Nous mettons en commun le savoir de façon encyclopédique et ainsi tout le monde en bénéficie.

Quels sont vos intentions pour 2020 ?

Stéphane Escobossa : Nous utilisons une dynamique positive depuis 2013 et la création du réseau. Nous avons un taux de réversion unique qui est le même depuis le lancement, 85%. Seul le prix du pack a changé. Il a baissé, passant de 149€ à 85€ pourtant il comprend plus de services et plus de sites. Nous bénéficions d’effets de croissance vertueux. Pour avoir géré des agences un peu partout en France, nous avons également une excellente connaissance du domaine dans lequel nous exerçons. Et cela fait parfois la différence avec des hommes de chiffres parmi nos concurrents qui gèrent leur réseau avec des tableurs Excel.

En 2020, nous n’allons rien bouleverser. Nous aurons de nouveaux outils, un nouveau site et de nombreuses surprises pour nos conseillers et pour leurs clients. L’intention est de prendre soin de nos conseillers et de leur prouver encore une fois que nous ne tendons pas à recruter à tout prix. Certains ont vu notre croissance comme un signe de changement. Nous ne portons pas d’importance à ces critères. Ce qui nous différencie c’est notre capacité à nous démultiplier pour offrir une qualité de service à tous et de la même façon. Ce n’est pas pour rien que nous avons très peu de conseillers qui partent à la concurrence ! Nous en sommes très fiers et nous comptons bien maintenir cet indice de valeur en l’état.

Un message aux mandataires qui nous lisent ?

Stéphane Escobossa : 2020 est une année d’opportunités. Si vous travaillez au sein de notre réseau, nous en parlerons durant toute l’année pour vous aider, vous accompagner et envisager avec vous des solutions optimisées. Les mandataires de Dr House Immo le savent, nous sommes à leur disposition. Il n’est pas rare qu’un conseiller ait une question le dimanche soir. Nous mettons un point d’honneur à ne pas le laisser seul avec ses doutes. Il peut solliciter le staff et obtenir sous 20 minutes (c’est le temps moyen de réponse du staff) la réponse à sa question.

Si vous n’êtes pas encore membre du réseau Dr House Immo, je vous souhaite avant tout une excellente année, pleine de réussite et de Bonheurs en tous genre. Nous sommes bien sur à votre écoute pour vous présenter notre offre. Parfois nous discutons avec des conseillers qui nous rejoignent 6 mois après. Il n’y a pas d’urgence, nous sommes là et mieux vaut une transition qui se fasse dans de bonnes conditions qu’un transfert réalisé à la hâte. La sérénité du conseiller, mais également de ses clients vendeurs et acquéreurs est la priorité en tous les cas.

Une excellente année 2020 à tous les conseillers donc, à nos clients et à la rédaction d’Aproposdimmo également !

Inspiration

Inspiration: Connaissez vous Arnold Schwarzenegger?

L’Inspiration est là où on la trouve. On finit l’année et bientôt nous serons en 2020 ! Et le temps des bonnes résolutions approche ! Et si l’on se penchait un peu sur ces personnalités inspirantes qui pourraient nous montrer la voie? Arnold Schwarzenegger n’est pas étranger au monde de l’immobilier, le saviez-vous ?

Enfance et Inspiration

Né le 30 juillet 1947 en Autriche, Arnold Schwarzenegger grandit dans une famille catholique qui se rend à l’église tous les dimanches. Schwarzenegger dira que son père n’avait « aucune patience pour écouter et comprendre ses problèmes. Porté sur l’alcool, son père « n’aime pas Arnold » et l’éduque à coup de ceinture. Ce qui était fréquent semble-t-il à cette époque. En 1971, son frère meurt dans un accident de voiture et Arnold prend à sa charge l’éducation de Patrick, le fils de son frère alors âgé de 3 ans.

A 6 ans, il rêve de devenir champion après avoir assisté à Graz à l’inauguration d’une nouvelle piscine par Johnny Weissmuller. En septembre 1968, à l’âge de 21 ans, il part s’installer outre-Atlantique, avec très peu d’argent en poche et un niveau d’anglais plutôt faible. C’est là qu’il va lancer ses multiples carrière et réaliser ses premiers investissements en immobilier.

Les années dorées

On connaît Arnold pour ses rôles dans de grandes production où il tape sur les méchants et les comédies où il serre les mâchoires et joue du biceps. On connaît moins bien ses engagements pour la Planète ou encore ses actions politiques. Car parti de rien, il contribue à faire vivre ce que l’on nomme communément « le rêve américain ». Un étranger qui arrive, sorti de nulle part, sans famille, sans relations et qui parvient au poste de Gouverneur. Vous avez dit Inspiration ? Quand on cumule ses revenus liés au cinéma on arrive à une somme faramineuse. Si son premier film lui a permis de toucher 12 000 $. Il en touchera 30 millions pour le troisième volet de la saga Terminator en 2003.

Quand il est élu à la tête de l’Etat de Californie, il met en pause sa carrière au cinéma. Et cela ne l’empêche pas de rester sur le devant de la scène politique. Mais ce qui rend Arnold si inspirant c’est sa détermination à faire les choses et à les faire bien. Ses actions en politique ne sont pas toutes irréprochables ou ne font pas l’unanimité. Le but de cet article n’est d’ailleurs pas de dresser un bilan politique de son action, mais de tirer des enseignements de ce destin incroyable.

Inspiration

On retrouve souvent chez Arnold la notion de « Give Back ». Rendre ce que l’on a reçu. En effet, en arrivant au USA, il a reçu un accueil d’un pays qui ne lui devait rien. Il a toujours dit avoir à coeur de rendre aux américains l’accueil bienveillant qu’ils lui ont réservé. C’est ce qu’il a fait en s’engageant en politique. Certains acteurs d’Hollywood profitent de leur notoriété pour baigner dans une piscine à 30°C toute l’année. Pourtant Arnold a su prendre ses responsabilités et s’engager. C’est cette notion qu’il faut retenir, plus que la portée de ses décisions politiques et son bord. On note dans son parcours une volonté de gagner, un esprit de compétition. On peut également noter une envie de s’ouvrir au monde et de partager cette énergie ce don si particulier qu’on certains pour repousser les limites.

Construire un corps d’athlète, de Mister Univers, ce n’est pas seulement soulever des poids. En effet, c’est concéder des sacrifices, dompter son corps. Et devenir une star d’Hollywood quand on a pour langue maternelle un autrichien anguleux, c’est un pari impossible. Pourtant il l’a fait. Gouverner un état, être réélu et toujours en tant qu’étranger devenir une figure politique incontournable… Cela peut ressemble à un rêve insensé. Il l’a accompli prouvant qu’il n’était pas uniquement un paquet de muscle destiné à refroidir les méchants dans les films.

Un exemple à méditer

Si demain au réveil, vous trouvez que votre Vie est dure, et si vous avez envie de vous plaindre, regardez ce qui est possible. Certains l’ont fait. Mais pourtant ils ne sont pas différents de vous. Pensez à regarder ces gens avec intérêt et laissez les vous donner de l’inspiration. Alors vos succès transmettrons cette image, et vous pourrez vous aussi inspirer les gens qui vous entourent. Bien qu’il ne soit pas indispensable de gouverner un état américain, chacun à son échelle, nous rendons le monde meilleur.

Conseillers immobiliers

Conseillers immobiliers : ce que les gens ne savent pas

On entend tous les jours des personnes dénigrer les agents immobiliers et les conseillers immobiliers. Qu’ils soient titulaires d’une carte de transaction (AI) ou bien simplement habilités par une attestation collaborateur, ils méritent pourtant notre considération. Ils font un métier utile et nous allons essayer de le démontrer. Le rôle du professionnel de l’immobilier dans la société est ou en tous les cas peut être très important.

Conseillers immobiliers, un job prenant

Les conseillers immobiliers sont souvent perçus comme des gens qui gagnent beaucoup d’argent et qui travaillent peu. Hommes et Femmes qui pratiquent ce métier vous diront bien évidemment le contraire. Il convient de distinguer celui qui vit de l’immobilier, disons depuis plus de deux ans et celui qui s’y essaye. En discutant avec des professionnels de l’immobilier, des vrais, vous verrez un autre décor. Vous entendrez un autre discours. Rien n’est acquis, en effet, mais tout peut se mériter. Le bon travail entraîne de bons résultats comme dans tout domaine et il faut accepter de ne pas compter ses heures.

Quand vous demandez à votre conseiller de s’adapter à vos horaires disponibles, vous ne prenez pas forcément en compte sa journée de prospection, de formation, de montage de dossiers administratifs… Car les bons conseillers immobiliers ne sont pas uniquement ceux qui ouvrent les portes. Ils sont ces personnes avec un emploi du temps bien rempli qui exercent un métier de service. A cet effet, ils se mettent en quatre pour leurs clients et leur mission cadrée par le mandat est souvent bien plus impliquante que prévu. Pensez-y la prochaine fois que vous avez affaire à un conseiller. La partie immergée de son travail ne vous est pas forcément visible.

Une présence sur le terrain

Le métier manque de reconnaissance c’est un fait. Il suffit d’une mauvaise expérience pour que l’on généralise c’est la base même de la relation humaine semble-t-il. Un conseiller immobilier se comporte mal et c’est toute la profession qui est bonne à jeter à la poubelle ! C’est un peu le principe à la mode d’amalgame, et c’est aussi le mécanisme imbécile du racisme. Mettre tous les gens dans le même sac est évidemment un manque de discernement. Il y a des bons conseillers et de mauvais conseillers comme dans toutes les professions.

Le bon conseiller connaît son terrain, son secteur sur le bout des doigts. C’est son expertise de connaître l’histoire de sa ville, les projets en cours, les prix pratiqués et les ventes récentes; J’ai connu des professionnels de l’immobilier qui tenaient un journal de bord de la ville, indiquant tout un ensemble d’informations liées à l’activité. Noms des gardiens, déménagements constatés, panneaux posés… Un journal digne d’un livre de Lorent Deutsch ! Les heures passées sur le terrain sont une expertise qu’il vend ensuite à ses clients, ceux qui ont choisi de placer leur confiance en lui. Qu’il vente, pleuve ou neige, il sera sur le terrain, à boire son café au comptoir, et à discuter avec les acteurs du quartier. Ce temps là lui permet de connaître mieux que quiconque son lieu de travail.

La formation en réponse aux attaques

Alors quand on évoque le conseiller en immobilier on ne peut pas ignorer les contraintes qui pèsent désormais sur la profession. Formation, assurance RCP individuelle, etc… C’est tout simplement l’un des métiers les plus contrôlés en France. C’est une excellente chose, mais peu de gens le savent. Les gens qui ne sont pas du métier pensent que l’on peut s’improviser conseiller en immobilier sur un coup de tête. Le plus simple pour leur expliquer la réalité est de leur proposer d’essayer ! Combien tiennent le coup? Dans les réseaux de mandataires qui recrutent à tour de bras, on constate un turn-over important, preuve si besoin en est de la difficulté à exercer ce métier et à en vivre.

Pour répondre aux critiques, pour éviter que le métier ne sombre dans une relation d’amour vache avec ses clients, la loi ALUR a instauré une obligation. Obligation de formation de 14H par an. Bien évidemment c’est une base. Les bons Conseillers immobiliers ont pour se former loisir de choisir entre tout un tas de sujet. VEFA, viager, Commerce, droit immobilier… Les axes pour s’améliorer ne manquent pas ! C’est à ce prix que l’on devient un acteur incontournable de son secteur et que l’on gagne le respect de ses clients. En procédant ainsi on crée des cercles vertueux. Les gens parleront de vous en bien, et deviendront vos prescripteurs. A vous de répondre à leurs attentes en travaillant comme il se doit, comme un vrai pro. Votre savoir faire éteindra toutes les critiques !

Drone et immobilier

Drone et immobilier

Drone et immobilier : Vision par Philippe Macé, Conseiller Immobilier et télé-pilote de drones.

Philippe Macé est conseiller immobilier, agence immobilière de Claye-Souilly, Immonord77. Il est également télé-pilote de drone agréé par l’aviation Civile. Il nous présente cette activité qui représente un complément idéal pour la mise en valeur de la vitrine d’une agence immobilière.

Le Drone pour quoi faire ?

Le drone offre une véritable valeur ajoutée en réalisant des prises de vues aériennes de haute définition sous forme de photos ou vidéos pour présenter le bien sous un angle différent et novateur.

Quoi de mieux pour mettre en valeur une maison ou une propriété et attirer les regards, que des photos ou une vidéo en HD montrant les différentes façades de l’habitation, son terrain, ses dépendances mais aussi son environnement proche. Il peut aussi présenter avantageusement un lotissement en survolant au plus haut l’ensemble des constructions pour descendre et se promener dans les rues et s’attarder sur les différentes réalisations.

Faire la différence avec vos confrères?

Drone et immobilier, aujourd’hui la transparence est de rigueur. Donner l’envie d’appeler, de vous contacter est primordial. Tout comme les photos HDR, les prises de vues par drone sont un complément aujourd’hui indispensable pour tout bien qui s’y prête. Une prise de vue par drone et des photos HDR vous permettront de vous démarquer de vos confrères. La vitrine d’une agence immobilière est 2.0, par conséquent un bon visuel est extrêmement important.

Voici un exemple de réalisation :

Drone et immobilier, comment se mettre en conformité avec la réglementation ?

Afin d’exercer sereinement, à l’heure actuelle, il suffit de passer un examen théorique DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile) « du pilote de drone » au format QCM et une formation pratique dans un centre agrée et reconnu par la DGAC. Il n’y a pas de tarif réglementé sur cette formation, chaque organisme est libre d’appliquer sa grille cependant il faut compter entre 2000 € et 3500€ pour la formation théorique et pratique… je vous l’accorde c’est une somme.

Je vous invite à contacter Studio Drone si vous souhaitez avoir de plus amples informations sur la réglementation en constante évolution.

Créer sa SCI

Créer sa SCI

Créer sa SCI par Delphine Robin, Responsable juridique chez Clic Formalités

Créer sa SCI qu’est ce que cela signifie ?

Contrairement aux SARL, EURL, SAS ou SASU, la SCI ou société civile immobilière n’est pas une société commerciale. « Civile » indique, qu’elle ne peut pas réaliser des actes de commerce. Elle est avant tout un outil de gestion d’un patrimoine immobilier en commun, pour laquelle deux associés sont nécessaires. Elle présente plusieurs avantages dans la mesure où elle permet d’intégrer tout ou partie des actifs immobiliers, afin d’éviter l’indivision. Egalement outil juridique, elle dissocie pouvoir et propriété. Souple dans sa constitution, elle n’exige aucun capital social minimum. 

Bien souvent, trois raisons motivent à la création d’une SCI. Tout d’abord, anticiper la transmission d’un patrimoine, ou encore protéger son concubin en cas de décès. Enfin, prévenir d’éventuels conflits entre héritiers. 

Différents types de SCI

  • La SCI de gestion : l’objet principal est l’acquisition et la gestion de biens immobiliers, par la conclusion de baux commerciaux, baux d’habitation. La Société est seule propriétaire des biens immobiliers.  
  • La SCI familiale : pour gérer un patrimoine familial et préparer sa succession. Cette forme de SCI se compose d’associés issus de la même famille. La SCI familiale est souvent à visée successorale. Le but étant d’anticiper les frais de succession pour que les héritiers disposent de la fiscalité la plus avantageuse et payer de moindre frais de succession.
  • La SCI d’attribution : permet d’acquérir un immeuble pour ensuite le diviser entre les associés. Ils acquièrent sur leur part détenue, la jouissance ou la propriété.
  • La SCI construction – vente : permet de construire un bien immobilier pour ensuite le revendre directement et en tirer un profit.

Une société civile immobilière, à l’exception de deux associés minimum, personne physique ou morale à sa création, est assez simple à administrer. Pour devenir associé, on ne demande aucune condition de capacité. Un mineur, un majeur sous tutelle, un fonctionnaire, deux époux… tous peuvent devenir membre d’une même SCI. Bien entendu, un des parents détenteur de l’autorité parentale représentera un mineur associé. En revanche, chaque associé doit faire un apport. 

L’apport, une fois effectué, a pour conséquence de faire entrer le bien (nature ou argent) dans le patrimoine de la société civile immobilière. Enfin, aucun montant minimum de capital social n’est requis pour la constitution de la SCI. Comme les autres sociétés (SARL, SAS, SASU, EURL), le capital de départ est donc de 1 €. Dans la SCI, le capital social peut être variable ou fixe.

Régime fiscal

Toutefois, le choix du régime fiscal pour la SCI demande réflexion. Il impacte de nombreux acteurs. Le gérant rémunéré, les associés, la société elle-même. En effet, la société civile immobilière peut être soumise à l’impôt sur le revenu (IR). Dans ce cas, on dit qu’elle est « transparente » d’un point de vue fiscal. En effet, ce sont les associés qui sont soumis à l’impôt et non la SCI elle-même.

L’imposition s’applique au niveau des associés, ou selon la quote part détenue dans la société proportionnellement à leur apport au capital de la société. Dans ce cas, les résultats de la SCI sont à déclarer directement par les associés dans la catégorie des revenus fonciers correspondante dans la déclaration d’impôt sur le revenu annuelle. C’est comme si les associés, considérés comme propriétaires bailleurs, percevaient directement les fruits du bien immobilier qui appartient en propre à la société.

Créer sa SCI , autre solution

La société civile immobilière peut également opter pour le régime fiscal de l’impôt sur les sociétés (IS). Cette décision revient à l’ensemble des associés. Attention, ce choix est en principe irrévocable. La SCI ne pourra pas revenir en arrière. Il faut donc prendre en compte l’ensemble des éléments comptables et fiscaux de la société afin de peser le pour et le contre. L’option se signale dès la création de la SCI, sur le cerfa M0 ou par lettre recommandée au service des impôts compétent, c’est-à-dire du ressort du siège social de la société.

Depuis le vote de la Loi de finances de 2019, l’article 17 est venu modifier légèrement la donne. En effet, il prévoit la révocabilité de l’option à l’IS. Cette possibilité s’exerce au plus tard à la fin du mois précédant la date de limite de versement du premier acompte d’IS du 5ème exercice suivant celui au titre duquel elle a été exercée. En revanche, en l’absence de renonciation à l’IS, l’option devient alors irrévocable. Enfin, en choisissant le régime fiscal de l’IS, les associés n’ont plus à considérer l’imposition. Une fois que la SCI a payé l’impôt sur les sociétés, sur le bénéfice net d’impôt on paye les dividendes.

Créer sa SCI , en conclusion

En conclusion, la structure juridique de la SCI permet une grande flexibilité pour s’associer. Que cela soit pour un projet d’achat d’un bien immobilier en commun ou la gestion du patrimoine au sein de la cellule familiale. Cette forme sociale est un outil de gestion patrimoniale idéal. Toutefois, la SCI nécessite l’accompagnement d’un juriste pour les formalités de création, mais aussi pour bénéficier de conseils en matière de fiscalité. Ce qui permettra de sécuriser sa constitution.

Vendeur Immobilier

Vendeur Immobilier, un métier à temps plein

Le vendeur Immobilier est celui que tout le monde identifie comme un propriétaire qui va encaisser un beau chèque. Pierre contre monnaie sonnante et trébuchante, patrimoine contre cash. Mais avant de parvenir à vendre son bien, il va devoir remplir tout un tas de missions.

Vendeur Immobilier avant de se lancer

Il faut être prévenu : ce n’est pas si simple de vendre son bien immobilier. Il y a en amont de l’aventure un ensemble de pré-requis à valider. Avez-vous réalisé ou fait réaliser une estimation de votre bien ? Est ce que vous avez une vision concise de votre projet de vente ? Et l’après, avez vous bien anticipé l’après ? Toutes ces questions viennent s’ajouter aux contraintes administratives. La constitution du DDT est notamment une des bases incontournables de votre projet. Sans une préparation saine, vous risquez de rester longtemps dans cette situation un peu inconfortable. On a vu des vendeurs revenir sur leur décision de vendre, tant leur projet était en échec. Mal accompagnés, mal conseillés ? Sans doute. Nous ne saurions trop vous recommander de passer par un professionnel de l’immobilier.

Vendeur Immobilier : Gagnez du temps

On entend souvent dire que le Temps c’est de l’Argent. En effet, en ce cas, rien de plus vrai. Le temps que vous allez passer à faire votre annonce, à réaliser les visites… Ce temps ne serait-il pas mieux mis à profit autrement ? Souvent les visiteurs sont des curieux. Avoir un intermédiaire va vous permettre de ne pas vous impliquer autant dans une démarche stérile. Le conseiller en immobilier ne sera rémunéré que si il vend. Si vous doutez de sa motivation, alors ne doutez plus ! Une visite ne lui rapporte rien. Son objectif est lié au votre. Il doit vendre rapidement et bien, le patrimoine immobilier que vous avez mis entre ses mains.

Du mandat au compromis

Quand un conseiller immobilier vous contacte, il va vous proposer de signer un mandat. Surtout il ne faut pas avoir peur de signer un mandat. C’est un document contractuel qui vous protège. Prenez le temps de lire le mandat que l’on vous propose, mais la Loi est en général très protectrice pour un vendeur. On n’oblige personne à vendre contre son gré. Droit de rétractation et informations précontractuelles sont en mesure de vous rassurer. En signant avec un conseiller Immobilier, vous lui donnez la possibilité de mettre son expertise à votre service. Dans le cas d’une vente de bien immobilier, il est important de border légalement le cadre de la collaboration. Parlez-en avec votre conseiller, il vous informera et vous pourrez alors constater que votre projet est entre de bonnes mains.

RENT 2019

RENT 2019, un excellent cru !

Le RENT en 2019 c’était à Porte de Versailles les 6 et 7 novembre. Le lieu précédent, à la Grande Halle de la Vilette était charmant. Le nouvel écrin désigné par Jean Nouvel est un endroit plus que parfait. Porte de Versailles, le cadre se prête merveilleusement aux bouillonnements d’idées et d’activités qu’abrite le RENT. Un grand merci aux équipes du service de Presse qui nous a si gentiment accueilli.

RENT 2019

Alors chaque année, on a un lot de start-up qui viennent tenter de disrupter l’immobilier. C’est un fait, le temps fait son affaire des moins costauds. Ceux qui ne sont plus là l’année suivant sont les victimes d’un univers impitoyable. Il faut avoir une carapace pour tenir son offre à jour, et le constat s’impose : seuls ceux qui savent et peuvent faire évoluer leur offre s’en sortent. La concurrence est rude.

Des conférences et des chiffres

On a croisé au détour d’une allée Guilain Omont, fondateur de meilleursreseaux.com. Mais si la curiosité des uns et des autres semble être la raison principale de leur présence, certains viennent négocier des contrats solides. En effet, on trouve ici tous les principaux stands. Le Bon Coin, Bien Ici, Lici … mais également des intervenants qui viennent s’informer auprès de professionnels de l’analyse du secteur. Ainsi, le site immo 2.0 nous a livré avec une précision chirurgicale une vision du monde de l’immobilier en chiffre qui laisse penseur.

Au cours de ces conférences, les thèmes d’avenir sont abordés. Les GAFA, faut il en avoir peur? La définition de la Proptech, pour envisager l’avenir ensemble. Les sujets ont peu évolué depuis le RENT 2016, mais l’analyse s’affine. En participant à cet évènement vous allez forcément apprendre quelque chose sur votre métier. Car c’est une tendance qui s’affirme, le RENT (Real Estate New Technology) s’impose de plus en plus comme le salon français de l’immobilier. Il n’est plus uniquement réservé à la découverte des nouvelles technologies. Signe des temps, ou bien signe que l’immobilier devient un métier technologique et moderne? Chacun se fera son opinion.

Des exposants intéressants

La question que l’on se pose donc est : « Le RENT faut il y aller ? » La réponse est apportée par Romain Bezzina et James Delabroy, conseillers en immobilier que nous avions convié dans le cadre de notre série d’interviews. L’un comme l’autre ont apprécié l’univers du RENT et son ambiance dynamique. « On nous propose un service pour rédiger nos annonces, est ce pertinent? Je ne sais pas… « , nous rapporte Romain. « Mais j’apprécie et je suis convaincu par la proposition de Rhinov par exemple ». Rhinov est un acteur majeur de la newtech immobilière depuis plusieurs années. Ils proposent des conseils de déco et des modélisations 3D de votre intérieur. Pratique pour se projeter.

James pour sa part estime que venir permet de se tenir informé des évolutions pour rester à la pointe de son activité sur le terrain. Lui qui est déjà utilisateur convaincu des services Rhinov et Nodalview entres autres, cela lui permet de repérer de futurs partenaires.

Le Bon Coin en force !
Année après année Lici s’impose comme une proptech à suivre
Beaucoup de monde et une belle énergie