Archives mensuelles : août 2019

James Delabroy

James Delabroy, Conseiller Immobilier sur Amiens

James Delabroy, pouvez-vous vous présenter ?

James Delabroy : J’ai 53 ans, je suis né, et je vis dans le département de la Somme à Amiens.
Après 12 ans de grande distribution, et 13 années de technico- commercial, j’ai décidé de changer de Vie et d’aller vivre en Guadeloupe. C’est là-bas que j’ai découvert l’immobilier par un heureux concours de circonstance. J’ai rapidement aimé ce métier, mais faute de trésorerie, cette première expérience a tournée court. Et j’ai alors repris un boulot de commercial.
À mon retour dans ma région d’origine en 2015, une petite voix au fond de moi m’a dit qu’il fallait retenter l’expérience de mandataire. Et j’ai bien fait de suivre mon instinct !

James Delabroy, c’est quoi un bon mandataire en immobilier ?

James Delabroy : C’est celui qui va bien sur, être à l’écoute , mais aussi celui qui saura dire la vérité, se faire entendre, expliquer,anticiper, proposer des solutions,instaurer la confiance, transmettre sa bonne humeur ! dans tout les cas « GARDER LA MAIN « phrase que j’ai toujours à l’esprit !

Quel conseil donneriez vous à un mandataire qui débute ou qui traverse une période difficile ?

James Delabroy : Les premiers mois sont déterminant pour la suite et la pérennité de son activité. L’immobilier c’est un peu comme le sport.
Il est primordial de ne pas rater le DEPART, tout comme un SPORTIF, il faut se fixer des objectifs, un plan d’action, être actif, motivé, tout en gérant ses EFFORTS ! Personne n’est à l’abri d’une période difficile, il faut savoir sortir la TETE DU GUIDON , se poser les bonnes questions, pour rapidement revenir dans la COURSE !

Vous avez une baguette magique, qu’est ce que vous changez dans ce métier ?

James Delabroy : Je simplifierais la réglementation, les procédures. Aussi, je diminuerais sensiblement les taxes, droits, plus values, pour qu’un maximum de personnes puissent accéder à la propriété.

14 heures de formation, galère ou aubaine ?

James Delabroy : C’est pour moi un moment privilégié de pouvoir enrichir ses connaissances, partager son expérience…
La curiosité est indispensable, la formation c’est tout les jours ! Sur le terrain, derrière son écran, au contact des clients, des confrères, des notaires, c’est ce qui rend ce métier passionnant !

James Delabroy, un outil indispensable pour vous ?

James Delabroy : J’utilise une tablette pour différentes fonctions : la prise de MANDAT ELECTRONIQUE, l’essayer c’est l’adopter ! Elle me sert également à montrer des projets de homestaging, de transformations, mais aussi la qualité de mes photos. C’est très apprécié lors de la prise d’un mandat !

Quels conseils pour des réseaux sociaux efficaces ?

James Delabroy : Je suis convaincu que la communication sur les réseaux sociaux est indispensable. De plus en plus de clients m’interrogent via ma page Facebook pro. En effet, pour moi le message que je souhaite faire passer est clair : je connais parfaitement mon secteur, je suis incontournable si vous avez un projet de vente !

Vacances et Immobilier

Vacances et Immobilier

Vacances et Immobilier peuvent faire bon ménage. Il y a un temps pour tout et certes il faut dissocier le travail et le repos, mais on peut mettre à profit les mois d’été pour faire évoluer sa façon de voir les choses. L’année se termine bientôt et oui, déjà… Alors cette pause au milieu de l’exercice qui est une tradition dictée plus ou moins par l’école doit être mise à profit.

Vacances et Immobilier, prendre du temps pour soi

Vacances et Immobilier peuvent faire bon ménage. Comme tous les métiers de service, les professionnels de l’immobilier doivent être disponibles, mais cela ne signifie pas qu’ils ne peuvent pas souffler. Leur santé est un outil de travail. Il ne faut jamais l’oublier. Le stress, les horaires à rallonge, tout cela peut nuire à une bonne réalisation des missions qui lui sont confiées. Aussi, le professionnel de l’immobilier se doit de temps en temps de prendre des vacances, du recul. En tous les cas de tout faire pour éviter le burn out.

Faire le point sur son activité

Ce temps de recul il peut le mettre à profit pour « ranger » un peu les informations qu’il doit gérer au quotidien. Les clients en recherche, les biens en pige, les informations à recroiser. Tout cela peut au bout d’un an encombrer un peu le disque dur d’un négociateur. Pour rester dans la métaphore informatique, il faut éviter le bug. Pour être sur de bien repartir sur de bonnes bases, des vacances ou même une courte pause peu permettre de faire un état des lieux salutaire. Il faudra alors réfléchir, analyser les actions réussies et celles qui ont été ratées.

On dit souvent qu’une erreur est possible, mais que la reproduire est pour le coup une faute professionnelle. C’est vrai. Si vous prenez un mur une fois, il ne sert à rien de foncer à nouveau, dans la même direction. Le mur vous attend. Mieux vaut le contourner. En prenant du recul, on peut mieux voir les chemins qui s’offrent à nous. C’est parfois pas très compliqué, mais avec la tête dans le guidon on est moins efficace !

Se distinguer de la concurrence

Tout le monde ne prend pas ses vacances en même temps. C’est vrai après tout, juillet aout, c’est pour les enfants et les profs ! Alors, parents ou célibataires, le rythme n’est pas le même. Si vos enfants sont trop grands pour accepter de partir en vacances avec vous, ou bien si vous n’avez pas d’enfants, alors vous pouvez décaler vos vacances. C’est un atout. Depuis quelques années la tendance est aux mois d’été actifs. Quand les agences ferment, et que les confrères sont en vacances vous pouvez devenir le seul professionnel actif du quartier. Et il y a des recherches en juillet-août !

Il suffit de regarder les chiffres des ventes. En effet, ça vaut le coup de partir à Noël ou bien sur une autre période si vous le pouvez. Au moins de le tenter sur une année. Dans le pire des cas, vous aurez en septembre des vols et des locations moins chers. Au mieux vous réussirez à satisfaire quelques clients d’été qui vous féliciteront au passage pour votre disponibilité estivale.

Le portefeuille idéal

Le portefeuille idéal ? Qu’est-ce que c’est?

Bien évidemment Le portefeuille idéal c’est un portefeuille qui se remplit tout seul, sans avoir à faire de la pige, et qui se vend tout seul pendant que vous êtes en vacances.
Donc cela n’existant pas, essayons de dessiner les contours de ce qui pourrait être un portefeuille plus qu’acceptable.

Le portefeuille idéal : un nombre de mandats cohérent.

Avoir cinquante mandats quand on est seul à les traiter c’est accepter que l’on ne va pas se consacrer à tous ses clients de la même manière. Les journées faisant 24H pour tout le monde, il est utopique de croire que l’on peut gérer un portefeuille trop étoffé. Il faut sélectionner les biens qui correspondent à ce que vous pouvez gérer. Un bon conseiller en immobilier va se concentrer sur des biens similaires. A quoi bon aligner un parking, un manoir et un studio? Ce sera forcément des clients différents. Alors pour gagner en efficacité, il faut cibler géographiquement, mais également par type de bien. Cela vous permet de proposer des alternatives à vos clients.

Les mandats doivent être au prix ou pas loin

Autre sujet qui fait largement débat, doit on prendre un mandat dans Le portefeuille idéal si il n’est pas au prix du marché? La réponse n’est pas tranchée. Vous pouvez prendre un mandat en expliquant bien au propriétaire que son prix n’est pas réaliste. C’est une façon de faire connaissance. Un moyen aussi de démontrer que votre estimation n’est pas une simple fantaisie destinée à vous faciliter le travail.

Estimer au juste prix c’est donner souvent aux gens un avant-goût de ce qui les attend. Ce n’est pas uniquement fixer un prix. En réalisant une estimation on va parfois froisser un vendeur. Il n’y a pas de place dans Le portefeuille idéal pour un mandat qui va pourrir pendant des mois. Car il faut être franc et direct car parfois c’est aussi ce que vos clients attendent. « Il n’est pas rare de voir des clients revenir, après réflexion, en admettant que le professionnel n’avait pas tort » nous explique Stéphane Escobossa, DG du réseau de mandataires Dr House Immo.

Des mandats similaires ou regroupés 

En capitalisant sur des mandats similaires et proches géographiquement on devient une sorte de référent. Et pour plusieurs raisons. Pour nos clients vendeurs, on pourra leur indiquer lors de la prise de mandat que l’on a vendu un bien similaire. Souvent, cela rassure et surtout cela nous permet de bien connaître le terrain. C’est un véritable plus. Pour les acquéreurs, c’est aussi la garantie de se voir proposer des solutions. C’est frustrant en effet pour un acquéreurs qui ne succombe pas aux arguments d’un bien immobilier de s’entendre dire. « Je n’ai que ça en portefeuille ». Vous allez pouvoir proposer à vos clients des alternatives et mieux cerner leurs attentes. Le portefeuille idéal c’est le chemin direct vers une meilleur efficacité. Profitez des vacances d’été : jetez un oeil à votre portefeuille et faites donc le tri !