La déontologie

La déontologie, une obligation naturelle

La déontologie dans les professions immobilières fait l’objet d’une charte. Il y a des professions où la déontologie est implicite. Cependant, les professionnels de l’immobilier ont tellement été décriés qu’il s’agit pour eux, sans doute plus que pour les autres de montrer patte blanche. Les grands gagnants seront à terme les clients, et c’est une excellente chose.

La déontologie une nouveauté qui n’en est pas une

On a beau parler de la loi ALUR qui est sensée bouleverser l’immobilier et optimiser la transparence, la déontologie a toujours existé. En effet, le métier d’agent immobilier souffre d’un déficit d’image du fait de certains professionnels peu regardants. C’est également un métier qui souffre du rapport délicat qu’ont les français avec l’Argent.

On ne regarde que le montant de la commission, sans se préoccuper du travail réalisé en amont. La Déontologie à l’échelle de chacun ce sont les valeurs que l’on défend. Imaginer une déontologie partagée entre tous les professionnels de l’immobilier est une utopie. Une belle utopie néanmoins, qui fixe à minima le cadre d’une profession assainie et plus apaisée.

L’ère de l’intercabinet

Car dans cette époque où il faut respecter son confrère et ne pas le dénigrer il y a une évidence. Si l’immobilier existe et survit en période de crises c’est que les professionnels doivent faire front ensemble. Il n’y a jamais de manifestation de agents immobiliers qui bloquent les rues et brandissent des pancartes. Et pour cause, le métier est un peu à la marge. Ce sont des indépendants qui offrent un service, mais dans une logique assez unique dans le panorama des métiers. Le Professionnel de l’immobilier est un des seuls à n’être payé qu’en cas de réalisation de la mission qui lui est confiée.

Le réseau Dr House Immo lance dans ce contexte la charte de l’interagence. Ce n’est pas anodin. En effet, les professionnels de l’immobilier doivent apprendre à s’unir en faisant fi de leur étendard. Quelque soit l’enseigne avec laquelle ils pratiquent il leur faut s’allier pour que la profession, attaquée de toute part, survive.

Serge Dmitrievsky, conseiller et coach au sein du réseau Dr House Immo est à l’origine de cette charte. Il explique:  » En choisissant de devenir un réseau qui favorise l’interagence, nous allons dans le sens de l’évolution inévitable de notre métier. Nous devons nous unir pour être plus fort et conserver une vraie valeur ajoutée pour nos clients. La confiance et les attentes qu’ils placent en nous méritent bien cela. »

Et le client dans tout ça?

Le client doit, on le sait, être au coeur de toute problématique. Si il est souvent tenté par la vente entre particuliers, il sait également qu’il s’expose à de vrais risques en se passant d’un professionnel. Pour un client vendeur ou acquéreur, le professionnel est un repère. Il est spécialiste de son secteur et doit répondre à son devoir de conseil. Si il n’a pas l’obligation d’être un professionnel du bâtiment, un professionnel de la fiscalité, il lui faut toujours se former.

C’est un des pans de la loi ALUR. Mais il lui faut également au même titre proposer une transparence maximale. En travaillant de concert en bonne intelligence avec ses confrères, le professionnel de l’immobilier valorise l’image de la profession. Il assure au client final le meilleur service possible avec une convergence des compétences et des portefeuilles de biens.

Le futur de la profession et le rapport de confiance entre les gens et les professionnels de l’immobilier ne pourra en ressortir que renforcé.