Conseillers immobiliers

Conseillers immobiliers : ce que les gens ne savent pas

On entend tous les jours des personnes dénigrer les agents immobiliers et les conseillers immobiliers. Qu’ils soient titulaires d’une carte de transaction (AI) ou bien simplement habilités par une attestation collaborateur, ils méritent pourtant notre considération. Ils font un métier utile et nous allons essayer de le démontrer. Le rôle du professionnel de l’immobilier dans la société est ou en tous les cas peut être très important.

Conseillers immobiliers, un job prenant

Les conseillers immobiliers sont souvent perçus comme des gens qui gagnent beaucoup d’argent et qui travaillent peu. Hommes et Femmes qui pratiquent ce métier vous diront bien évidemment le contraire. Il convient de distinguer celui qui vit de l’immobilier, disons depuis plus de deux ans et celui qui s’y essaye. En discutant avec des professionnels de l’immobilier, des vrais, vous verrez un autre décor. Vous entendrez un autre discours. Rien n’est acquis, en effet, mais tout peut se mériter. Le bon travail entraîne de bons résultats comme dans tout domaine et il faut accepter de ne pas compter ses heures.

Quand vous demandez à votre conseiller de s’adapter à vos horaires disponibles, vous ne prenez pas forcément en compte sa journée de prospection, de formation, de montage de dossiers administratifs… Car les bons conseillers immobiliers ne sont pas uniquement ceux qui ouvrent les portes. Ils sont ces personnes avec un emploi du temps bien rempli qui exercent un métier de service. A cet effet, ils se mettent en quatre pour leurs clients et leur mission cadrée par le mandat est souvent bien plus impliquante que prévu. Pensez-y la prochaine fois que vous avez affaire à un conseiller. La partie immergée de son travail ne vous est pas forcément visible.

Une présence sur le terrain

Le métier manque de reconnaissance c’est un fait. Il suffit d’une mauvaise expérience pour que l’on généralise c’est la base même de la relation humaine semble-t-il. Un conseiller immobilier se comporte mal et c’est toute la profession qui est bonne à jeter à la poubelle ! C’est un peu le principe à la mode d’amalgame, et c’est aussi le mécanisme imbécile du racisme. Mettre tous les gens dans le même sac est évidemment un manque de discernement. Il y a des bons conseillers et de mauvais conseillers comme dans toutes les professions.

Le bon conseiller connaît son terrain, son secteur sur le bout des doigts. C’est son expertise de connaître l’histoire de sa ville, les projets en cours, les prix pratiqués et les ventes récentes; J’ai connu des professionnels de l’immobilier qui tenaient un journal de bord de la ville, indiquant tout un ensemble d’informations liées à l’activité. Noms des gardiens, déménagements constatés, panneaux posés… Un journal digne d’un livre de Lorent Deutsch ! Les heures passées sur le terrain sont une expertise qu’il vend ensuite à ses clients, ceux qui ont choisi de placer leur confiance en lui. Qu’il vente, pleuve ou neige, il sera sur le terrain, à boire son café au comptoir, et à discuter avec les acteurs du quartier. Ce temps là lui permet de connaître mieux que quiconque son lieu de travail.

La formation en réponse aux attaques

Alors quand on évoque le conseiller en immobilier on ne peut pas ignorer les contraintes qui pèsent désormais sur la profession. Formation, assurance RCP individuelle, etc… C’est tout simplement l’un des métiers les plus contrôlés en France. C’est une excellente chose, mais peu de gens le savent. Les gens qui ne sont pas du métier pensent que l’on peut s’improviser conseiller en immobilier sur un coup de tête. Le plus simple pour leur expliquer la réalité est de leur proposer d’essayer ! Combien tiennent le coup? Dans les réseaux de mandataires qui recrutent à tour de bras, on constate un turn-over important, preuve si besoin en est de la difficulté à exercer ce métier et à en vivre.

Pour répondre aux critiques, pour éviter que le métier ne sombre dans une relation d’amour vache avec ses clients, la loi ALUR a instauré une obligation. Obligation de formation de 14H par an. Bien évidemment c’est une base. Les bons Conseillers immobiliers ont pour se former loisir de choisir entre tout un tas de sujet. VEFA, viager, Commerce, droit immobilier… Les axes pour s’améliorer ne manquent pas ! C’est à ce prix que l’on devient un acteur incontournable de son secteur et que l’on gagne le respect de ses clients. En procédant ainsi on crée des cercles vertueux. Les gens parleront de vous en bien, et deviendront vos prescripteurs. A vous de répondre à leurs attentes en travaillant comme il se doit, comme un vrai pro. Votre savoir faire éteindra toutes les critiques !