erreurs

Les erreurs que commettent les mandataires en immobilier

Des erreurs on en fait tous, et on en refera. Mais l’erreur est une école, elle doit être une école en tous les cas. Ne pas prendre des enseignements de son expérience est en soi une faute professionnelle. En tant que seul maître à bord, le mandataire indépendant en immobilier doit éviter au maximum les écueils. Ils sont nombreux. En voici quelques uns.

La pire des erreurs, ne pas prospecter

La prospection est une des clefs de ce métier. Ne pas prospecter ce serait comme un restaurateur qui ne va pas acheter de matières premières pour cuisiner. Impensable. La prospection a bien entendu de multiples formes. La pige, mais aussi la prospection terrain sont des méthodes qui ont fait leurs preuves depuis longtemps. Les erreurs que commettent certains en ce domaine sont simples. Dénigrer les fondamentaux au profit des nouvelles technologies, réseaux sociaux et autres. Mais également ignorer les nouvelles technologies en ne se reposant que sur les fondamentaux. En effet, la réussite de votre entreprise se base sur une bonne balance. Nous sommes dans un métier où les clients ne savent pas tous ce que vous allez pouvoir leur apporter. A vous de les convaincre de votre valeur ajoutée!

Voir la vidéo « Agence s’abstenir? »

Ne pas partager

Beaucoup de négociateurs immobiliers s’enterrent. Seuls, coupés du monde et des confrères, ils craignent pour leur portefeuille. C’est là aussi une erreur critique. Le partage d’informations, de mandats, de clients est à la base de nombreuses réussites. C’est ce que vous diront tous les mandataires qui échangent régulièrement entre eux sur les groupes dédiés sur Facebook par exemple. Le partage c’est une façon d’avancer ensemble avec des professionnels qui ont les mêmes convictions et qui permettent une action démultipliée. Bien sur, on ne peut pas s’entendre avec tout le monde, mais il faut savoir ouvrir sa porte pour le bien de son entreprise.

Ainsi, certaines affaires peuvent se réaliser avec un confrère sans pour autant que cela soit récurrent. Il ne s’agit pas d’avoir un associé. Il ne s’agit pas non plus de relations à sens unique. Ce sont des rapports professionnels gagnant-gagnant, où le troisième gagnant sera votre client et il le fera savoir. Votre publicité est assurée

Remettre la faute sur les autres

Corollaire du précédent paragraphe, il faut savoir se remettre en question. En effet, ce ne peut pas toujours être la faute du client, du notaire, du réseau ou de la météo. Si les situations se compliquent et si les compromis cassent, le chef d’entreprise doit se questionner. Car même si c’est une petit entreprise, elle a besoin d’un chef. Celui qui oriente la stratégie et prend les décisions opérationnelles. La plus grande qualité d’un leader c’est de ne pas se figer dans ses convictions et de ne pas répéter ses erreurs. Il faut accepter d’avoir suivi un mauvais chemin et ne pas s’entêter. Attention, cela ne veut pas dire baisser les bras. Il convient juste de faire preuve de recul et d’analyser avec objectivité ses actions et leurs résultats.

En tant qu’entrepreneur, vous êtes responsable de vos résultats. Alors, vous savez que c’est faisable, vous avez les outils à disposition, il ne reste plus qu’à tracer votre route.

Et n’oubliez pas :

erreurs