Faire évoluer l'immobilier

Faire évoluer l’immobilier, une mission au quotidien

Faire évoluer l’immobilier est un programme ambitieux. Travailler dans la transaction en immobilier c’est accomplir des missions de service. Accompagner ses clients et se mettre au service de leur projet. Nous avons rencontré Nicolas Blanchin, PDG du réseau de mandataires en immobilier Dr House Immo. Il nous donne sa vision du métier.

Faire évoluer l’immobilier en 2019 qu’est ce que cela signifie ?

Nicolas Blanchin : « Cette question ne se limite pas à 2019 ou 2020. Cela fait plus de 25 ans que je fais de l’immobilier et elle a toujours été d’actualité. En fait, il me semble que l’immobilier a toujours été un métier en mutation. Depuis la Loi Hoguet, les changements se sont fait petit à petit, mais pas en profondeur. Avec la Loi ALUR, qui est intervenue en 2014, on a réformé un texte qui datait de 40 ans ! C’est dire. Faire évoluer l’immobilier c’est à chacun de le prendre en compte en se levant le matin. Pourquoi fait on ce métier, et comment on veut le faire. C’est à chaque acteur de se remettre en question et d’oeuvrer pour que les choses bougent.

Nous avons des syndicats, FNAIM, SNPI, etc… qui représentent la profession à leur manière, mais attendre de leur part qu’ils fassent évoluer le métier serait une erreur. Nous avons tous les jours la chance d’avoir des milliers d’interlocuteurs. Que ce soit au travers de nos annonces, de nos prises de mandats, les agents immobiliers sont des hommes et des femmes d’action. C’est cette action qui donne au quotidien à chacun la possibilité d’amener une meilleure lumière sur le métier et son utilité. »

Qui participe à ce changement ?

Nicolas Blanchin : « Tout le monde ! Que ce soit le négociateur en agence ou le mandataire indépendant au sein d’un réseau. Il faut que chacun prenne en compte que sa propre communication va être considérée comme une communication émanant d’un professionnel de l’immobilier. A partir de là nous sommes tous en première ligne. Les dernières études montrent une évolution favorable de l’image de la profession. Les particuliers se rendent compte que vendre seul, ce n’est pas si facile. Alors on ne peut pas leur reprocher d’essayer ! Mais au final une large majorité va finir par choisir de passer par un professionnel.

C’est aussi cela qu’il faut prendre en compte. Nous avons en face de nous des acteurs dont le business est de nous dévaloriser. Les sites qui vendent soi-disant à coût fixe, low cost et les sites de vente entre particuliers qui nous font passer pour des voleurs. Il ne faut pas trop y prêter attention, certes, ils ont toujours parasité l’activité, mais cela doit être combattu intelligemment. Nous offrons un service, à nous de faire en sorte de nous rendre indispensables ! Une fois que nous avons prouvé notre valeur à nos clients, en répondant à leurs attentes, nous avons rempli notre mission. C’est la seule chose qui fait évoluer le métier. Satisfaire nos clients. »

Comment va évoluer l’immobilier ?

Nicolas Blanchin : « Je n’ai pas de boule de cristal et je n’ai pas la DeLorean de « Retour vers le futur » non plus. On entend toutes sortes de prédictions diverses et variées. Bien malin celui qui pourra dire aujourd’hui à quoi ressemblera l’immobilier en 2050. Ce qui est sur c’est qu’avant 2050, il nous faut finir 2019, 2020, 2021… on a le temps. Il est certain que dans notre époque les choses peuvent aller très vite. Alors il me semble plus sage d’avancer étape par étape, sans se projeter trop loin. Faire du bon boulot au quotidien c’est déjà une manière de se mettre dans de bonnes dispositions pour l’avenir.

On voit tous les jours des start-ups annoncer qu’elle vont disrupter l’immobilier, des patrons de grands groupes annoncer des choses incroyables… Il faut rester à l’écoute, mais ne pas perdre la tête. En France, nous allons approcher cette année le million de transaction. L’immobilier est une des préoccupations principales des français. C’est une chance. Alors certes, ça ne répond pas exactement à votre question, mais plutôt que de vous annoncer des choses improbables que l’on relira dans 10 ans en riant, je préfère jouer la prudence, le pragmatisme. Faisons de 2019 une grande année, que 2020 soit dans la même lignée et remettons nous régulièrement, et tous, en question. A ce prix la, l’avenir ne peut que nous être favorable. »