Honoraires

Honoraires, ce qu’il faut retenir

Sur les Honoraires La Loi évolue et les pratiques avec elle. Pour un agent immobilier il a toujours été requis d’afficher quelque part dans l’agence un document précisant les honoraires pratiqués. Il y avait ce qui était écrit dans le petit cadre en vitrine et la réalité des tarifs facturés.

Honoraires et frais d’agence

Une évolution de la Loi ALUR datant de  2017 impose aux professionnels de l’immobilier le strict respect de son barème d’honoraires. Les Honoraires doivent être présentés sur le site Internet du professionnel et accessibles en maximum 3 clics. La DGCCRF est en charge en France de faire appliquer ces directives complexes et néanmoins nécessaires. Un contrôle de la DGCCRF peut pour une entité contrevenante déboucher sur une amende de plusieurs milliers d’euros.

Si il y a quelques années on parlait de FAI pour Frais d’Agence Inclus. On voit maintenant apparaître la mention d’HAI. Pour clarifier, le professionnel de l’immobilier signe un contrat avec un vendeur, le mandat. Ce contrat doit stipuler les honoraires appliqués. On n’imagine pas entrer dans une boutique et se voir appliquer des tarifs selon l’humeur du jour. La baguette à 10 centimes, puis à 10 Euros le lendemain ?

Et dans le cadre des locations le principe est également très contraint. Si il fait appel à un professionnel, un propriétaire bailleur se verra contraint de payer à minima la même somme que son futur locataire. Au nom de la transparence et de la protection du consommateur, le métier se règlemente et tant mieux. A court terme c’est contraignant, mais à moyen terme cela pourrait avoir d’excellentes retombées.

Négocier, une façon de mieux vendre?

On ne va pas le nier, c’est évident que les clients achèteront au meilleur prix. En effet, il est humain de chercher la bonne affaire. Est ce pour autant à l’Agent Immobilier, au professionnel de faire un effort sur sa rémunération? La réponse est non.

Avec les nouvelles règlementations, la rémunération ne sera plus négociable. Même si la Loi prévoit des entorses exceptionnelles aux barèmes, le mandataire pourra s’appuyer sur la Loi pour défendre ses honoraires. La prestation offerte par le professionnel de l’immobilier est une prestation de service sérieuse et complète. A ce titre, elle ne peut pas faire l’objet d’un marchandage. Si tu me prends deux tapis, alors je te fais le second à moitié prix… NON.

Car le professionnel de l’immobilier est tenu d’afficher une grille des honoraires qu’il pratique. Le client potentiel est informé et dans des termes lisibles et clairs des conditions dans lesquelles il va faire appel à un professionnel. Cette relation de confiance, basée sur un contrat limpide est une des clefs pour amener le projet à son terme. Les honoraires étant entendus dès le début, il n’est pas question de les baisser comme on baisserait un  vêtement. Il y a bien d’autres sujets à traiter que cette partie financière. Une fois le sujet évacué, tout le monde va gagner en efficacité.

La théorie fumeuse du Low-Cost

En effet, avec Internet, les consommateurs ont pensé qu’ils pourraient se débarrasser des frais superflus. Après tout c’est vrai que ce qui paie le confortable local de l’agent immobilier c’est la commission. Mais cette façon de penser qui s’avère très toxique a entraîné une évolution des moeurs et des habitudes d’achat. La fameuse « uberisation » de l’économie dont tout le monde se gargarise (s’est gargarisé) est une façon détournée de revoir les circuits d’échange. On ne peut pas travailler convenablement à un prix cassé.

Car il y a la barrière de ce que l’on peut faire de ce que l’on peut consacrer comme temps; Et le temps, c’est de … « Pour ce prix je ne vais pas… », « A ce tarif ça ne vaut pas le coup… » J’ai vu des professionnels faire des ventes longues à moins de 1000€ d’honoraires. Quel est le bénéfice? Pour eux? Rentabilité zéro! Pour la profession? Une image d’un service surévalué !

Toutefois attention, l’argent n’est pas le moteur, cela ne peut pas être ça et uniquement ça. En cas d’intercabinet par exemple, on peut accepter de gagner moins. Mais pas de toucher à la commission qui valorise le service global et complet. Pour sur,  c’est la profession, dans son intégralité, qui gagnera à se mobiliser sur le sujet.