Devenir mandataire immobilier

Devenir mandataire immobilier : quels sont les pièges à éviter ?

Devenir mandataire immobilier est un sujet tendance du moment, une porte qui s’ouvre à chacun. Avant de se lancer à l’aventure, il convient de se poser les bonnes questions. Trop de réseaux véhiculent l’image d’un métier facile avec du temps libre et peu de contraintes. Mais il faut se méfier des apparences.

Devenir mandataire immobilier, mais pas n’importe comment

En effet, devenir mandataire en immobilier n’est pas un choix anodin. Pour soi d’abord parce que l’on va s’impliquer dans une aventure qui coûte du temps et de l’argent.Il faut le noter, un pack de communication à l’année c’est une charge qu’il faut prévoir d’amortir. En comparant les coûts des packs et les réversions, on arrive à se faire une idée. Il y a les réseaux chers et qui reversent peu, il y a ceux qui promettent 100% et la gratuité, mais chez qui chaque appel pour une information est facturée au prix fort…

Il faut prendre en compte qu’un réseau est une entité qui va servir de boite à outils. Une boîte à outil qui offre des solutions, un soutien, un support technique et légal. Votre réseau ne va pas vendre pour vous. Aussi le réseau qui vous reverse 100% ne se soucie pas de votre réussite, c’est un vendeur de pack. Celui qui vous promet 70% en 2018 est au contraire un réseau qui va profiter de votre crédulité de néophyte…

Il faut analyser le marché avec du recul.

Certains réseaux sont associés à des actionnaires. Ces financiers n’ont pas pour objectif le confort des mandataires qui composent le réseau, mais bien le CA annuel qu’il faut faire progresser. Par le biais de packs vendus, donc le recrutement. Et par le biais de meilleures ventes ensuite, si possible. Un réseau à taille humaine ne devrait pas dépasser un certain nombre de mandataires.

Au-dessus de la taille critique, quelle est la raison d’être indépendant pour travailler dans une entité qui a tout d’une machine? Que vous apporte le fait d’être dans un réseau qui se targue de compter plus de x milles négociateurs? Dont combien ont abandonné? Il faut se poser les bonnes questions et rejoindre un réseau qui valorise le travail de qualité.

Ensuite il faut également faire un choix intelligent et respectueux de nos clients et de nos confrères. Prendre un mandat et abandonner une semaine après l’immobilier c’est décevoir ses clients, ceux qui nous ont accordé leur confiance. C’est également porter préjudice au métier. Les clients seront prompts à juger que « dans l’immobilier » les gens ne sont pas professionnels.

Prendre le temps de bien cadrer son projet

Depuis la Loi Alur, la formation des agents immobiliers est obligatoire. 14H par an sont demandées pour pouvoir renouveler son attestation collaborateur. Cette formation est d’abord apparue comme une contrainte forte. Avec le temps, elle est bénéfique à la profession. Même si le cadre de la formation est encore à clarifier, elle met en place un cercle vertueux de formation qui élimine petit à petit les imposteurs. Ceux qui ne veulent pas se former, ceux qui travaillent de façon erratique, en ne respectant ni la Loi ni le code de déontologie.  Devenir mandataire immobilier se mérite.

Cadrer son projet c’est prendre contact avec un organisme de formation et bien comprendre les tenants et les aboutissants de ce métier. Il ne s’agit pas de vendre une maison comme on vend un lave-vaisselle ou une voiture mais de valoriser la notion de projet et de cadre de vie. Respecter ses interlocuteurs en les sécurisant et en tenant un discours cohérent est crucial; Bien que ce soit une évidence sur le papier, il peut s’avérer difficile de le mettre en pratique au quotidien.

Développer ses qualités d’écoute et d’empathie, donner de la valeur au terme « conseiller Immobilier » en étant au plus près des besoins de ses clients; Voila qui donne du sens à un projet, encore faut il que l’on soit préparé à ça. On ne devient pas docteur ou comptable du jour au lendemain, il serait préjudiciable de s’imaginer que l’on peut devenir en un claquement de doigt agent immobilier ou mandataire. Devenir mandataire immobilier demande de la formation.

Se former une étape indispensable

A l’opposé des images véhiculées par les réseaux et leur managers qui recrutent à tout vent, l’immobilier est un métier rigoureux. Dominique Piredda, sur son blog, www.mandataire-immo.fr et sur sa chaine Youtube donne une vision assez transparente de ce qu’est le métier de négociateur en immobilier. Sa vision humaine et honnête de la profession qu’il exerce depuis de nombreuses années en fait un interlocuteur fiable. Devenir mandataire immobilier comporte des risques et bien évidemment, vaincre ces risques est une satisfaction qui se mérite.

Poser des questions à des interlocuteurs désintéressés qui ne vont pas chercher à vous « recruter » pour vous « manager » est une bonne solution. Se former est aujourd’hui possible en ligne avec Internet et ses ressources inépuisables en terme de législation et de contenus. Il y a des vidéos, des articles sur des blogs, des contacts. Méfiez vous de ceux qui vendent du rêve. Un bon conseil est un conseil gratuit. Ce ne sera pas le cas d’une formation, mais pour commencer, pour bien s’orienter, il suffit de demander quelques minutes seulement et de bien écouter. Devenir mandataire immobilier nécessite de savoir écouter.

Dans cette époque où l’indépendance est une façon de créer son propre emploi, ou chacun se rêve en Entrepeneur, il faut être réaliste. Les conseilleurs ne sont pas les payeurs. Si vous échouez vous ne devrez vous en prendre qu’à vous-même; C’est le revers de la médaille que ne présentent pas les recruteurs. Raison de plus pour mûrir votre réflexion, ne pas écouter les on-dit et avancer selon vos choix. Il faudra les assumer et c’est à ce prix que vous pourrez Devenir mandataire immobilier et que vous rencontrerez le succès !